2 signes qu’il est grand temps de faire une pause

Ce soir, j’ai coaching avec une élève !

Trop cool !

Et je t’écris ce mail en pensant particulièrement à elle. (Ça devrait en aider plus d’un !)

Parce qu’elle est arrivée au burn out une fois et s’en rapproche de plus en plus depuis quelques mois (c’est particulièrement là dessus qu’on travaille).

Et sans être allé aussi loin, je sais à quel point il est facile de se faire happer.

Toujours plus de boulot.

On s’oublie.

On ne voit pas les signaux évidents qu’il est temps de prendre une pause au risque de se prendre un mur en pleine face.

Les 2 signes que je vais lister sont des alarmes qui se déclenchent très tôt (qu’on néglige souvent). Pas de panique s’ils sont présents chez toi, tu sais juste qu’il va falloir travailler à les supprimer.

Le premier est le plus négligé : la fatigue. Si tu viens de passer une bonne nuit, que tu ne penses pas manquer de sommeil et que tu es quand même fatigué, il faut creuser.

Il y a de bonnes chances pour que tu travailles trop ou que tu ne dormes pas assez.

Et les conséquences sont lourdes… même si on ne s’en rend pas compte…

  • Baisse considérable de la productivité
  • Augmentation des erreurs
  • Risque de blessures accru
  • Risque de tomber dans le cercle vicieux qui mène droit au burn out en cas de charge de travail importante qui arrive d’un coup…

Le deuxième signe est une baisse de ton plaisir et une augmentation de ton stress.

Tu t’énerves plus vite… Tu sens que tu profites moins de moments qui te faisaient plaisir.

Tes passions ne te parlent plus… Tu n’as plus la même motivation pour te bouger.

Ensuite, tu commences à broyer du noir, et avant même d’avoir le temps de t’en rendre compte, tu es déjà dans le mur…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Mon Journal

Que faire avec ces signes ?

Je ne suis pas médecin, ni expert en burnout, mais quand je les sens arriver, voici les étapes que je mets en place :

1- je prévois le week-end suivant de me reposer pendant au moins une journée (voire deux si possible) : grasse mat, promenade au soleil, film, etc.

2- je vérifie que je fais assez de sport dans mon carnet d’entrainement (un indice : ce n’est jamais le cas, sinon, je ne serai pas dans cet état de stress et de fatigue)

3- je prends mon journal pour noter ce que je ressens et réfléchir aux causes, puis aux moyens d’éviter que ça ne se reproduise

4- je ralentis le rythme de tous mes projets : mieux vaut aller deux fois moins vite pendant une ou deux semaines que se prendre le mur et être à l’arrêt pour la même durée…

Sois raisonnable, prends soin de toi !

Clique ici pour lire l’article complet sur l’équilibre.

L’action est la clé !

Lucien Roy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *