augmenter volonte

Augmenter sa volonté : 7,5 conseils (22/26)

Aujourd’hui, on voit comment avoir plus de volonté ! Je vais vous parler d’un livre génial : « the will power instinct » qui vise à nous faire comprendre et à renforcer notre volonté. Ça fait un peu plus d’un mois que je l’ai terminé et que j’expérimente pour augmenter ma volonté ce qui me permet d’avancer plus vite dans mes projets !

Si vous aussi vous voulez être efficace avec des outils simples et durables abonnez vous pour ne rien manquer de ce qui va suivre.

Salut c’est Lucien du blog riche de temps ! Les conseils de ce livre pourraient faire l’objet d’un blog entier tellement il y a de matière. J’ai sélectionné les meilleurs, et à la fin de cette vidéo, vous connaitrez 7,5 principes pour augmenter votre volonté tous les jours. J’ai gardé le meilleur conseil pour la toute fin, pour les courageux qui veulent vraiment augmenter leur volonté ! C’est fascinant alors commençons tout de suite !

La volonté, c’est 3 choses :

-dire oui

-dire non

-se rappeler ce qu’on veut vraiment

Et ces 3 éléments pourtant si simples sont très important. Pourquoi vous allez me dire ?

Deux psychologues américains ont montré en 2005 lors d’une étude sur des étudiants que la volonté à un impact 2x plus important sur la réussite que l’intelligence mesurée par le QI.

Ça nous amène 2 bonnes nouvelles :

– Si vous avez déjà de la volonté, que vous ne cédez pas à toutes vos tentations, vous êtes en bonne voie pour réussir. Et ça, même face à des gens plus intelligents que vous.

– Si vous n’avez aucune volonté, ayez au moins celle de regarder cette vidéo jusqu’à la fin parce qu’elle vous donnera les meilleurs outils pour booster votre volonté durablement.

Pour être efficace et concis, on va voir les 7.5 points les plus importants du livre ainsi qu’un exercice à chaque fois pour nous permettre de nous améliorer.

Identifier l’ennemi

Le principe

Il y a des choses qui nous éloignent de chacun de nos objectifs. Et souvent, c’est parce que notre cerveau aime la facilité et la gratification immédiate. Le plaisir futur d’avoir un corps athlétique ne résiste pas au plaisir immédiat d’une bonne pizza.

Ça nous créé un problème énorme :

On n’avance jamais vers nos objectifs, comme si un énorme élastique cherchait à nous ramener en arrière en permanence. C’est difficile de changer. Quand on a des rêves, certaines tentations semblent trop fortes. On arrive à s’en séparer un moment, puis, l’élastique devient plus fort et nous ramène au point initial. Et parfois, c’est même pire !

On connaît tous des personnes qui ont réussi un régime pendant un an et quand on les revoit la fois d’après, ils ont pris le double de ce qu’ils avaient perdu.

En fait, on n’arrive pas à changer à cause de nos réflexes qui sont toujours là pour nous ramener au point initial.

L’action

Il y a deux choses qu’on peut faire pour couper cet élastique. Pour enfin réussir à changer.

– Le premier, c’est la méditation, j’en ai parlé dans la vidéo de la semaine dernière alors je ne vais pas y revenir.

– Le deuxième, c’est un exercice simple et rapide à mettre en place au début de chaque projet. Il faut se poser une question toute simple. Quelles sont les plus grandes menaces pour mon projet ? Lesquels de mes réflexes risquent de me piéger dans l’avancement vers mon but ?

Imaginons que mon objectif soit de lire 1 livre par semaine pendant un an. Quels sont les plus gros obstacles ?

– Mon habitude de regarder la télé

– Mon amour de YouTube

– Ma flemme quotidienne

– Mes amis avec qui je fais la fête tous les soirs ?

Essayez d’identifier les freins les plus évidents à votre objectif.

On va voir par la suite comment desserrer ces freins.

La volonté est un muscle

Le principe

Bon, un muscle vous savez ce que c’est et il y a deux principes fondamentaux qu’on connait tous.

– Quand il est beaucoup utilisé, le muscle se fatigue.

– Quand il est utilisé régulièrement il devient plus fort.

Baumeister tente de montrer ces principes pour la volonté en 1994. Le lien est dans la description.

Baumeister nous explique deux choses :

1- On a comme une réserve de volonté qui s’épuise au fil de la journée, au fil des décisions que l’on prend à chaque instant. Vous connaissez peut-être Mark Zukerberg (Oui, le fondateur de Facebook). Il a la réputation de ne porter que des T-shirt noirs avec un jean. Et pourquoi cela, pour économiser sa volonté pardi ! Une décision de moins chaque jour.

C’est peut-être un peu extrême, mais vous voyez l’idée.

2- La super nouvelle c’est qu’il est possible d’avoir plus de volonté en s’entrainant !

Il ne fallait pas me le dire deux fois !

L’action

Vous l’aurez compris, on va se concentrer sur des exercices pour augmenter notre volonté !

Le premier consiste à faire ou ne pas faire quelque chose pendant une semaine. Vous êtes fan de chocolat ? Empêchez-vous d’en manger pendant 1 semaine.

Une vraie torture n’est-ce pas ?

Et bien ce n’est pas fini ! Vous pouvez bien sure mettre ce type de défi en place sur des temps plus longs. Je suis à la 3ème semaine d’un défi peu commun, je vous en parlerai peut-être dans une prochaine vidéo !

La deuxième astuce pour augmenter sa volonté, c’est de savoir pourquoi on fait les choses.

Travaillez vous pour satisfaire votre patron ou pour atteindre un objectif personnel plus grand ? Comme faire le tour du monde avec vos économies par exemple 😉

Le paradoxe de l’écolo en 4×4

Le principe

On va rentrer dans le côté un peu pervers de la volonté. Je parie que vous vous récompensez souvent pour les efforts que vous faites. En tous cas c’est ce que je vous conseille de faire.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Annonce pour l'été

Mais il y a un problème à cela. Si la récompense devient plus grande que l’effort.

Imaginez que vous commencez un régime pour perdre 20 kg. Ça fait une semaine que vous mangez de la salade tous les midis. Vous êtes fiers. C’est la première fois que vous tenez aussi longtemps.

Du coup, pourquoi pas manger 3 tartines de nutella au goûté ? Après tout, vous avez déjà bien avancé !

Je pense que vous avez vu le piège, l’impact négatif de 3 tartines de nutella est bien plus important que le côté positif de manger 3 feuilles de salade tous les midis !

Et c’est pour ça qu’on parle du paradoxe de l’écolo en 4×4. Je vous mets en lien une étude conduite par Matthew Kotchen en 2010.

Souvent nos petites actions écologiques nous permettent de nous pardonner pour des actes nettement plus polluants. C’est notamment utilisé par les compagnies aériennes qui vous proposent pour quelques euros de plus sur le prix de votre billet de planter un arbre pour que votre voyage soit propre.

Au-delà de cette astuce marketing, il faut se méfier pour ne pas laisser nos tout petits efforts justifier de gros écarts.

L’action

Une action toute simple. Quand vous souhaitez vous récompenser, posez vous la question. Est-ce vraiment justifié, cette récompense est-elle proportionnelle à mes efforts.

Il ne faut pas confondre les efforts pour atteindre un objectif avec l’objectif lui-même. Une action n’est qu’un pas vers la réussite.

Le futur écolo en jet privé

Le principe

Bon désolé tout ceux qui protègent l’environnement. Mais l’image est parfaite. Je vais vous parler du passage du livre qui m’a le plus parlé à ce moment-là, je me suis dit : « Whaou, c’est vraiment moi qui suis décrit ici ».

J’ai eu un peu honte de me faire décrire comme ça par Kelly Mc Gonigal.

Elle nous explique qu’on a parfois tendance à justifier notre flemme présente et donc notre inaction par une action future.

Typiquement : aujourd’hui, j’ai la flemme de travailler, du coup, je vais regarder un petit film et j’en ferait plus demain. Je me suis tellement dit ça dans ma scolarité que ça m’a choqué.

Je peux vous dire que dès que je reporte quelque chose maintenant, je trouve toujours une autre raison que le futur. Il faut dire que c’est quand même super ridicule.

Si vous êtes dans mon cas, ne vous inquiétez pas, on n’est pas tout seuls !

Khan et Dahr (lien ici) nous montrent qu’on est souvent trop optimiste sur notre futur. On se voit dans le futur comme un héros de la volonté qui pourra bien plus travailler qu’aujourd’hui, qui sera meilleurs et plus rapide.

Mais les auteurs nous rappellent une chose essentielle : demain, vous serez le même qu’aujourd’hui. Vous ne serez pas ce super héros de la volonté que vous imaginez.

L’action

L’action à mettre en place, elle est toute simple, mais redoutable. Ça fait 3 semaines que je la teste et c’est fini les excuses. Je ne me dis plus que je serais meilleur demain pour mon travail.

La lecture du chapitre qui explique ça m’a fait un tel électro choc que je n’ai eu aucun mal à me rappeler ce principe. Quand on sent la flemme monter et les excuses arriver.

Il faut faire le tri. Distinguer ce qui est légitime de ce qui ne l’est pas.

Alors la prochaine fois que vous repoussez votre travail, analysez la situation. Êtes vous en train de justifier votre inaction par un comportement positif le lendemain.

Êtes vous un futur écolo en jet privé ?

2 nouveaux ennemis : le stress et la culpabilité

Le principe

Souvent on entend dire que le stress nous pousse. On est tous plus ou moins convaincu que pour réussir, il faut être dur avec nous-même.

« On n’a rien sans rien »

« No pain no gain »

Alors qu’en fait c’est totalement l’inverse !

Les gens qui se pardonnent leurs échecs sont plus performants que les autres. Les gens plus détendus sont aussi plus performants.

Ce que nous explique Kelly McGonigal, c’est que le stress peut augmenter notre productivité, mais uniquement pour des tâches simples. Dès que vous avez besoin de réfléchir un petit peu, le stress est contre vous.

Je sais, ce que je dis là est contre intuitif. Mais testez par vous-même. Le fait de se sentir mal nous donne plus de chances de céder la prochaine fois que nous seront face à un choix.

L’action

Premièrement, tous les exercices de réduction du stress peuvent vous aider ici. Je ne vais pas en faire la liste, il y en a bien trop, mais pensez à la méditation ou au sport par exemple !

Maintenant je vais vous présenter les 3 étapes pour réduire la sensation d’échec, vous pardonner et aller de l’avant :

1-Prendre conscience de nos émotions face à l’échec.

2- Se rappeler qu’on est tout simplement humain, tout le monde échoue de temps en temps. Connaissez-vous des personnes que vous respectez et aimez qui ont eu le même type de difficultés ? Comment les ont-elles gérées ?

3- Que diriez-vous à un ami ? Comment l’encourageriez-vous à continuer vers ses objectifs.

Ce dernier point rejoint l’idée qu’il ne faut pas être trop dure avec nous-même. Quand les autres sont dans la détresse, on est compréhensif, on les encourage. Alors pourquoi faisons l’inverse quand nous sommes nous même dans l’échec ?

Facebook vaut-il la peine de louper vos rêves ?

Le principe

J’en ai déjà parlé au début de la vidéo, on aime la gratification immédiate. C’est ce qui fait que nous avons du mal à tenir nos objectifs de long terme.

Je parie que vous allez sur Facebook tous les jours ! Et pourtant, je ne suis pas sûr que regarder des vidéos de chats soit réellement un bon investissement de votre temps. Mais il faut dire que c’est facile d’aller sur facebook.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Découvrir le minimalisme [interview]

C’est facile de céder aux tentations.

Il y a toujours une tâche plus facile à faire que celle qui nous rapproche de notre but.

La je suis en train de tourner une vidéo. Se serait tellement plus simple de me poser devant une série.

Vous êtes en train de me regarder, se serait tellement plus facile de regarder des vidéos de chat.

Mais bon, je ne suis pas là pour faire des constats et vous non plus je pense.

Alors voyons comment rendre nos objectifs plus faciles.

L’action

On va voir deux choses : comment réduire la tentation et comment l’éliminer.

3 étapes pour réduire les tentations :

1- Quand vous êtes tenté d’aller à l’encontre de vos buts de long terme. Imaginez que votre action vous enlève toute chance d’atteindre votre but aussi bien que vous le souhaitez.

Je ne suis pas très clair, prenons un exemple. Avant de manger 20 tartines au nutella. Êtes vous prêts à renoncer à votre corps athlétique simplement pour le plaisir de manger 20 tartines ?

Ça rejoint l’effet cumulé de Darren Hardy dont j’ai parlé il y a quelques semaines. Tous nos choix influencent le futur, aussi petits soient-ils. Alors soyez vigilants.

2- L’étape suivante, c’est de s’imaginer qu’on a atteint notre but de long terme. On a atteint notre « idéal » actuel. Ressentez-vous la satisfaction d’avoir résisté ? Rendez-vous compte du plaisir que vous apporte la volonté une fois qu’elle vous a permis d’atteindre vos objectifs.

3- Êtes-vous prêt à abandonner cette satisfaction au profit du plaisir immédiat que vous avez à disposition ?

Se poser ces 3 questions, c’est très bien. Ça permet déjà de mettre en perspective nos actions pour choisir ce qui est le meilleur pour nous.

Mais voyons maintenant un outil plus puissant encore qui nous empêche carrément de prendre les mauvaises décisions.

Brûlez le navire

Cette expression nous vient d’un conquistador espagnol qui était là pour conquérir le Mexique. Voyant que ses soldats avaient un peu peur des aborigènes qui ne se laissent pas conquérir comme ça, il a brûlé ses propres navires. Comme ça, aucune échappatoire si ce n’est la victoire et la conquête du Mexique.

Je pense que ça doit être une motivation assez forte pour avancer.

Bon, je ne vous dis pas de brûler quoi que ce soit, qu’on soit bien clair !

Mais, vous pouvez utiliser la même stratégie dans votre quotidien. En fait, vous renversez la situation. Pour les conquistador, l’option la plus facile était de rentrer au pays en reprenant la mer. Une fois que les navires ne sont plus là, le plus facile est de conquérir le Mexique.

Et vous pouvez faire la même chose. Faire en sorte qu’aller vers vos objectifs de long terme soit le chemin le plus facile.

Voyons deux exemples pratiques :

1- Pour manger sain, préparez votre repas avant d’avoir faim, s’il n’y a plus qu’à réchauffer, vous serez moins tenté par la pizza de votre congélateur !

2- Vous avez du mal à vous réveiller le matin ? Mettez le réveil à l’autre bout de la pièce pour vous obliger à vous lever quand il sonnera.

Ce sont deux exemples simples, mais vous pouvez bien sur appliquer cette méthode dans d’autres domaines.

Vos amis sont-ils de vrais amis ?

Le principe

La volonté, c’est contagieux. Si l’un de vos amis devient obèse, cela augmente votre chance de le devenir à votre tour de 171%.

Il faut donc bien s’entourer. C’est essentiel.

La vidéo commence à être vraiment longue alors je vais passer rapidement à l’action. D’autant que ce principe de l’influence de notre entourage sur nos décisions est bien connu !

L’action

Il y a deux manières de se servir de ce principe. Soit utiliser la contagion à votre avantage, soit renforcer votre système immunitaire.

Pour utiliser la contagion à votre avantage, demandez-vous ce que ferait un de vos modèles de volonté. Vous savez, ce mec qui ne cède jamais aux tentations inutiles 😉

Et pour mieux résister à la contagion, pour éviter de devenir obèse, comme dans notre exemple de tout à l’heure, prenez 2 min chaque matin pour vous rappeler vos objectifs et le pourquoi associé à chacun d’eux. Savoir pourquoi vous faites les choses est vraiment une base pour avoir de la volonté sur le long terme.

Je ne sais pas si vous avez compté, mais on en a fini avec les 7 principes pour augmenter notre volonté.

Le meilleur conseil du livre

Pour les courageux qui sont encore là, je vous ai réservé la meilleure astuce pour la fin. Ce n’est pas vraiment un principe en tant que tel, c’est pour ça que je ne le compte que pour ½.

Ce conseil, c’est de résister 10 minutes avant de céder à toutes vos tentations.

Vous voulez arrêter de travailler ? Allé, encore 10 minutes.

Vous voulez manger le gouter ? Allé, encore 10 minutes.

Et ainsi de suite. Au début, c’est vraiment difficile, puis, on devient meilleur avec le temps.

Je pense que c’est le meilleur entrainement de volonté que nous propose ce livre.

Bon, je vous en ai parlé en début de vidéo, notre volonté est un muscle. Parfois, c’est donc bien de l’économiser pour la garder pour le plus important.

Et le meilleur outil pour ça, ce sont les habitudes.

Et spécialement pour vous, j’ai fait les fiches pratiques des bonnes habitudes que vous pouvez obtenir gratuitement en suivant le premier lien de la description.

Je vous laisse les découvrir, c’est un des outils dont je suis le plus fier.

On se retrouve dans la prochaine vidéo !

BYE !

 

Source :

La volonté est un muscle (Baumeister) : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2680601/

L’écolo en 4×4 : Matthew Kotchen : http://environment.yale.edu/kotchen/pubs/ssirfinal.pdf

L’écolo en jet privé : Khan et Dahr : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17500651

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *