Certitude : quand le succès devient une évidence

La certitude séduit et rassure, les foules sont génétiquement programmées pour y répondre. On parle parfois de charisme, ou d’aura… Tous les présidents en sont dotés. Les meilleurs vendeurs en sont perfusés. Les personnes convaincantes en débordent.

Quand on démarre ou plus tard dans notre chemin d’entrepreneur, il nous arrive de perdre ce feu sacré. Et dans ces moments, tout s’écroule. On devient soudainement moins convaincant, moins charismatique et on sent bien que les jours de notre belle aventure sont comptés si on ne réagit pas rapidement.

Dans cet essai, je vais analyser la certitude sous un angle que tu n’as jamais vu ailleurs et voir s’il est possible de la développer efficacement.

Définition :

Si je tiens un stylo et que je te demande ce qui va se passer si je le lâche, quelle sera ta réponse ?

“il va tomber”

As tu douté un instant de ta réponse ?

Non.

C’est ça la certitude.

La certitude dans un produit, une compétence ou un champ d’expertise, c’est la conviction profonde que même si tu ne connais pas la réponse, ton approche sera pertinente.

Ceux qui parlent de certitude comme une accumulation de connaissance/compétence ont tout faux. On sait bien que plus on est expert, plus on doute. (Et pas besoin de connaitre les équation de la gravité, ni de m’avoir vu lâcher un stylo auparavant pour être certain de son destin)

La certitude, bien qu’elle s’appuie sur une expertise se situe ailleurs : dans ta confiance en ta capacité à répondre aux situations que tu n’as jamais vues. C’est ce qui forge les grands entrepreneurs et la répartie des orateurs.

Cassons quelques idées reçues :

  • On peut faire semblant d’être certain : le fameux “fake it till you make it”. Je vais te dire un truc : ça ne marche pas. Tu as beau prononcer les mots, tu as beau soigner ta gestuelle, tu ne trompes personne. Pourquoi ? Parce que pendant des milliers d’années, on a été formaté pour écouter ceux qui sont vraiment certains, pas les bleus qui ne savent pas comment détecter les prédateurs. Ca peut être un moyen pour t’entrainer à croire en toi, mais pas un moyen de réussir.
  • Je ne voudrais pas être arrogant. La certitude, c’est l’inverse de l’arrogance du jeune loup. La certitude est celle du lion qui aborde les situations avec calme, recul et sagesse.
  • Je ne veux pas tromper les gens. C’est aujourd’hui que tu trompes les gens. Si tu as l’impression de prendre de l’argent que tu ne mérites pas en vendant tes prestations, tu es déjà un arnaqueur. Ne te cache pas. Mais ce n’est pas grave, on doit tous passer par là. On passe tous par des phases de funambulisme. C’est la seule manière de traverser les ravins. Les seules personnes 100% honnêtes sont celles qui sont certaines. Elles ne se plient pas aux comportements du groupe, elles ne mentent pas pour “être dans la tribu”, elles savent qu’elles sont sur le bon chemin et éclairent les autres.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les vertus de l'ennui pour gagner bien plus que du temps

Les composants de la certitude

Une expertise patinée

La patine, c’est le charme qu’on acquiert avec te temps et les chocs. Quand le bon cuir vieilli avec noblesse, le mauvais se délite. Comment se patine un entrepreneur ? Comment vieillir plus fort ?

Un seul mot : apprentissage. Tu dois n’avoir qu’une seule obsession : apprendre pour perfectionner ton art.

Si tu agis avec suffisamment d’intensité, chaque moment devient une occasion de faire un lien ou de tirer une leçon. Plus tu vois de situations différentes que tu arrives à connecter à ton expertise, moins les surprises seront nombreuses.

Ta méthode sera bien rodée, elle prendra en compte chaque aspérité, chaque obstacle, chaque difficulté.

Des combats remportés

Le chemin de la certitude est une victoire individuelle (n’en déplaise aux bisounours). Tu es le seul à avoir accès à ton for(t) intérieur et c’est le lieu de toutes les réponses. Tant que tu ne seras pas en mesure de t’écouter, d’aller à l’encontre de l’avis de tes mentors, de te jeter dans le vide sans que personne d’autre que toi n’aie vérifié la corde… Tu n’auras jamais la moindre certitude.

Tu resteras comme 99% des coachs. De vulgaires suiveurs. Des perroquets qui ne font que recracher des concepts à peine assimilés.

Pourquoi ne vont ils pas plus loin ?

Parce que c’est dur ma bonne dame…. Il faut réfléchir. Et réfléchir… ça ne se fait pas en formation, ni dans un livre, ni dans un coaching, ça se fait dans la tête, seul face à soi même.

L’élève ne peut pas dépasser le maître avec les méthodes du maître.

Une grille d’analyse

Une fois ton expertise patinée et des dizaines de combats remportés, il te faudra un système. Une manière de t’assurer que tu deviens meilleur à chaque décision.

Ta grille d’analyse, c’est le squelette de chaque réponse que tu apportes, la colonne vertébrale de toute réflexion bien construite.

C’est elle qui te permet de répondre du tac au tac de manière pertinente et assertive sans jamais être à côté de la plaque. C’est elle qui te différencie de ces gnangnans qui ne font que poser des questions sans jamais oser les réponses.

C’est elle enfin qui te permet de dépasser l’horizon du connu sans perdre le nord.

Une congruence à toute épreuve

Tu dois vivre ton message pour en être convaincu. Si tu ne suis pas la méthode que tu proposes à tes clients (ou que tu ne la suivrais pas à leur place si tu n’es pas ton propre client type), tu n’auras jamais la moindre certitude parce qu’au fond de toi, tu sais qu’ils feraient mieux d’acheter ailleurs.

Tu as l’impression que chaque euro gagné est un euro détourné à quelqu’un qui fait mieux son boulot que toi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Ne te laisse pas pourrir la vie

Si tu n’es pas toi même satisfait de ta propre méthode, comment imagines tu un instant que tes clients le seront (et même s’ils l’étaient, ton sentiment de supériorité les feraient fuir (à raison)).

Si tu n’incarnes pas le message, passe ton tour.

Les moyens de progresser

Si tu as bien compris mon message, tu devrais avoir envie de sauter cette partie pour construire tes propres moyens de gagner en certitude et prendre ton envol. Mais il y a quand même 2-3 erreurs que j’aimerais t’éviter

Rejette la reconnaissance

La seule personne à pouvoir te valider, c’est toi. Si tu es affecté par les acclamation, tu seras atterré par les critiques.

Entraine toi à rejeter l’avis des autres sur ta valeur et la valeur de ta méthode. (si tu n’en es pas capable, c’est que ta méthode n’est pas la bonne, donc améliore la.)

Trouve ton avantage déloyal

Dans quoi es tu le meilleur au monde ? Pour quel type de personnes es tu la seule solution intéressante ?

Tant que tu ne sais pas en quoi tu es unique et utile, tu n’as pas de certitude.

Creuse.

Agis avec intensité

Mets des jetons sur la table, fais “l’extra mile”. Joue à ton niveau maximal en toute instance. Plus tu agis avec intensité, plus tu obtiens des réponses sur la pertinence de tes modèles.

Plus tu te confrontes à la réalité, plus tu découvres ta vérité.

Découvre ton identité

Ne répète plus jamais.

J’ai un détecteur infaillible à “phrase toute faite du dev perso” :

  • Nan mais de toute façon, c’est une question de mindset.
  • Toutes les réponses sont à l’intérieur.

Tant que tu utilises les phrases des autres, c’est que tu n’as pas compris. Tu es comme le pauvre élève de CM1 qui passe en exposé sur le chapitre qu’il n’a pas compris. Tu essayes de répéter le cours, mais personne n’y croit (pas même ton cerveau).

En fonction de ton identité, de tes expériences, de ta “patine”, tu auras une manière singulière d’expliquer. Et si tu n’en as pas, tu n’es pas l’expert que tu prétends.

Si tu es d’accord avec tout le monde, il y a un problème. Si tu n’as pas envie d’embrocher tes concurrents pour certaines des conneries qu’ils disent : tu as un problème.

Maintenant au boulot !

À tous mes amis coachs et ceux qui m’ont posé la question cette semaine.

Lucien

Si tu sais que c’est le moment pour toi de travailler ta certitude (et que tu as déjà un business qui tourne bien), contacte moi par mail (formulaire ci dessous) ou sur les réseau pour qu’on parle de coaching.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *