Comment procrastiner ? [podcast]

Comment procrastiner ? [podcast]

Avertissement de départ : l’article qui suit est une transcription du podcast que vous pouvez écouter en appuyant sur le bonton “play” ci-dessus !

 

On est là aujourd’hui, on est le soir au calme, il est 20h56 et j’ai envie de vous parler de quelque chose qui ne peut justement vous arriver que le soir.

C’est parti !

Le problème de beaucoup de gens, c’est la procrastination.

On voit ça sur internet partout, il y a plein de vidéos, il y en a peut-être même des milliers, je ne sais pas, je n’ai pas compté tellement il y en a !

Tout le monde a le problème de la procrastination, de toujours reporter ses actions au lendemain !

Sauf que là moi aujourd’hui, enfin hier plus exactement, j’ai eu le problème exactement opposé !

J’ai en ce moment des idées qui bouillonne quasiment en permanence ! Et j’agis au maximum pour les mettre en œuvre !

Et le problème, c’est que quand on a trop d’idée, quand on a trop de choses à faire, trop envie de mettre des choses en place et bien une journée c’est pas assez pour faire tout ça !

Une journée c’est pas assez pour faire tout ça et du coup, on a envie de pousser les murs de la journée de vingt-quatre heures et de l’agrandir pour pouvoir faire plus, pour pouvoir vraiment avancer jusqu’au bout dans nos projets !

En fait, c’est qu’on a vraiment une énergie folle et justement on peut illustrer que c’est vraiment l’ inverse de la procrastination ! Celui qui procrastine, c’est comme un mendiant il est là dans la rue avec son bol pour récolter des pièces. Et en fait, il prie tout simplement pour que l’action arrive dans son bol, y prie et puis il attend, il attend que ça vienne. Et puis parfois ça vient, parfois ça vient pas.

Mais là aujourd’hui, je suis complètement dans le cas inverse ! Je suis comme un coyote dans le désert américain ! J’ai plus le temps, j’ai plus rien à bouffer et j’ai envie de tout faire, de tout mettre en œuvre pour vraiment réussir les projets !

Je consomme le temps jusqu’à la dernière petite miette pour avancer pour avancer à tout prix ! Je racle les os, je vais jusqu’au fond des choses tellement j’ai envie de terminer ce que ce que je suis en train de faire ! Et bon, c’est bien d’avoir des pleins de projets comme ça, c’est bien de vouloir avancer.

Je trouve que c’est même beaucoup mieux que d’être en procrastination permanente !

Mais le problème, c’est que c’est très difficile d’aller se coucher ! Et puis on en a déjà parlé dans plein de vidéos et dans quelques podcasts aussi, aller se coucher, c’est important puisque le sommeil c’est extrêmement important pour la productivité on sait bien que si on dort pas assez et bien on le paye le lendemain. Même, on est beaucoup beaucoup moins productifs et du coup ça ne vaut pas le coup. L’idée c’est de réussir à aller se coucher et pour ça on il faut qu’on se fasse confiance pour repousser les tâches lendemain.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   002-Conclusion premier mois Comment se faire des amis

C’est vrai quand on est dans une tâche, on est lancé, on a vraiment qu’une envie c’est d’avancer, c’est de terminer, c’est de foncer !

Et là il est l’heure de se coucher du coup on ne peut plus, il faut qu’on s’arrête parce que sinon on sait que l’on va le payer.

Et ce qui est difficile, c’est qu’on se dit que bon, « on va pas être aussi productifs demain, là je suis bien lancé ce sont les bon rails et demain j’ai peur de ne plus vraiment savoir ce que j’avais prévu de faire »

Voilà, je n’ai pas confiance en moi pour faire la tâche le lendemain plutôt que tout de suite maintenant !

Il y a une chose que j’ai envie de vous dire, c’est que la plupart du temps c’est complètement injustifié.

Parce que quand on a une idée qui est vraiment en tête, on risque de la garder et surtout quand c’est quelque chose qu’on a déjà mis en pratique !

Parce que quand on a une idée qui est juste comme ça juste au stade d’idée, pas du tout mise en place, on va l’oublier facilement.

Mais quand c’est quelque chose qu’on est déjà en train de faire eh bien j’ai beaucoup plus de mal à oublier ces choses là ! Et puis en plus, on peut mettre en place des méthodes pour justement réussir à se faire confiance.

Et être certain de ne pas faire défaut le lendemain, être certain de réussir de faire ce qu’on a à faire le lendemain. Et ça j’appelle ça la méthode castor. Vous savez les castors pour couper des arbres ils les rongent. On a tous en tête des photos d’arbres qui ne sont qu’à moitié rongés.

Et là, ce que j’ai envie de me dire, c’est que le castor il l’a rongé à moitié parce qu’il était l’heure d’aller se coucher du coup il allait se coucher et il a juste fait l’entaille d’une taille suffisante pour que le lendemain matin, il soit dans le bon axe, qu’il soit bien emmanchée pour faire exactement comme il l’aurait fait le soir même.

Et il est sûr qu’il va bien terminer de couper son arbre !

Et pour nous, c’est exactement la même chose, on va on va faire une entaille pour se diriger pour savoir ce qu’on veut faire le lendemain matin ou au plus tard dans la journée.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Vacances efficaces [podcast]

Par contre, il faut pas le faire n’importe comment. L’entaille, il faut qu’elle soit assez précises pour qu’on sache ce qu’il faut faire, il faut du coup il faut simplement prendre des notes.

Mais il faut les prendre d’une manière un peu plus précise qu’on a peut-être l’habitude de faire ! Avant, quand je quand j’avais quelque chose à finir, je mettais simplement sur ma liste « finir mon rapport » par exemple. Mais ça, c’est typiquement un exemple d’entaille qui n’est pas assez précis, mais pas assez précis du tout ! Pour avoir quelque chose d’assez précis, il faut dire par exemple « finir mon rapport » et vous mettez des points à chaque fois avec des petites flèches vous mettez voilà il faut que « je précise cela dedans il faut pas que j’oublie de parler de ce truc en particulier » et vous détaillez ça au maximum.

Bon alors évidemment il ne faut pas soit aussi détaillé que si vous faisiez vraiment, il faut vous mettiez les idées principales ce qu’il y a de plus impactant.

Ce que vous voulez absolument plus mettre dedans vous le notez ! Comme ça, vous êtes certains que le lendemain, vous n’allez pas oublier ce que vous aviez prévu de faire.

Une autre petite astuce vraiment très rapide, très simple c’est de mettre son ordinateur en veille au lieu de l’éteindre. Comme ça, quand vous ouvrez votre programme le lendemain matin, tout est bien en plan tout est parfaitement comme vous l’avez laissé la veille. Et du coup, vous pouvez vous relancer beaucoup plus rapidement que si vous aviez besoin de réouvrir le document.

Bon maintenant, comment faire pour ne pas avoir perdu tout votre temps passé à m’écouter.

Là, je vois que ça fait exactement six minutes 19 que vous m’écoutez et du coup il faut maintenant que vous passiez à l’action !

Mais il ne faut pas passer à l’action une fois, il ne faut pas non plus passer à l’action deux fois, ni même dix fois.

Il faut passer à l’action à chaque fois que vous avez du mal à vous arrêter, il faut que ça devienne une habitude ! Cette technique du castor doit vraiment faire partie de votre manière de travailler.

Et justement, pour vous aider à mettre en place de nouvelles habitudes, j’ai créé il y a très peu de temps les fiches pratiques des bonnes habitudes. Avec elles, vous pourrez savoir comment mieux mettre en place des habitudes aussi comment supprimer est mauvaise !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *