efficace sans motivation

Efficace quand on se sent mal [4 étapes]

Aujourd’hui, je réponds à la question de Kevin : « comment être efficace quand on a perdu notre motivation à avancer ? ». Notamment quand on se sent mal voire déprimé.

Avant de commencer, si gagner du temps simplement en durablement vous intéresse, abonnez vous pour ne rien manquer de ce qui va suivre.

Et si vous voulez vous aussi poser une question pour que j’y réponde en vidéo, la zone de commentaire est là pour ça !

Quand on est au plus bas, on n’avance plus dans nos projets. Souvent, on a même l’impression qu’ils ne sont même plus importants. C’est le laissé allé total. Et plus on se laisse aller, plus on culpabilise et plus on est mal.

Les méthodes qu’on va voir, peuvent être appliquées au moment où vous êtes mal, mais le mieux est encore de les utiliser en prévention. Elles vous permettront de vous sentir mieux et de rester en mouvement vers vos objectifs. Le moins que ça puisse faire est de vous apporter un peu de recul pour mieux comprendre vos objectifs.

Pourquoi souhaitez-vous avancer ?

Le problème que je constate le plus souvent est le manque de sens. On a un projet, mais on est perdu, on ne sait plus vraiment pourquoi on le fait.

Vous le savez, je crois que donner du sens à nos actions est fondamental, on parle souvent du pourquoi sur cette chaine. Même si on ne l’a pas défini avant de démarrer, il n’est jamais trop tard pour trouver son pourquoi. L’essentiel est au moins de le chercher.

Soit vous le trouvez. C’est-à-dire que vous définissez une raison profonde qui vous pousse à continuer vers votre but.

Soit vous ne le trouvez pas. Peut être que votre projet n’est pas fait pour vous. Quand on démarre quelque chose, on est soumis à l’influence de notre entourage. On peut en faire beaucoup pour les impressionner. Mais au bout du compte, on ne sera jamais pleinement satisfait. Alors si vous ne trouvez pas de raison valable pour poursuivre le projet qui vous anime en ce moment, pensez sérieusement à l’abandonner.

Petit avertissement, cette question est difficile et ne pas trouver la réponse immédiatement est normal. C’est cette difficulté qui fait que beaucoup abandonnent cette question avant même de s’être approché de la réponse.

Pourquoi culpabiliser ?

La question de Kevin m’a beaucoup touchée puisque je me retrouve souvent dans sa situation. Quand ça ne va pas top, j’ai quand même envie d’être efficace et je fini par culpabiliser quand ce n’est pas le cas. Dans une étude, Kelly McGonigal nous explique que la culpabilité nous rend encore plus faible et nous enfonce encore plus vers l’improductivité.

Ce que je vais vous dire va peut-être vous étonner, en tous cas, c’est ce que ça m’a fait quand je l’ai entendu pour la première fois.

Au lieu de culpabiliser, il faut accepter notre état sans jugement. On peut constater un manque d’efficacité, mais c’est normal. Quand on est malade, on est moins performant en sport. Et bien quand ça ne va pas dans la tête, on est moins efficace pour réfléchir…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   3 astuces pour être plus fort émotionnellement

Au lieu de s’acharner pour être efficace, il vaut mieux se concentrer sur une seule chose à la fois et prendre son temps pour aller mieux.

1- Reposez-vous. Je sais que les personnes efficaces culpabilisent quand elles ne font rien. Bien à l’inverse, on devrait être ravi de prendre notre temps. Ça permet de réfléchir et de prendre du recul sur notre quotidien souvent vécu à 10000 à l’heure, c’est très sain.

2- Prenez une pause. Ça va bientôt faire un an que je n’ai pas manqué une semaine sur le blog, toujours là pour publier un article. Je peux vous dire que je serai ravi de prendre une pause cette été. Non pas que je n’aime pas faire de vidéo. C’est simplement que j’ai remarqué que faire une pause est parfois la meilleure manière de progresser.

Ma bouée de sauvetage pour traverser la tempête

Je crois en la force des habitudes. Les changements et les progrès se font par petits pas. Et les habitudes sont le seul moyen fiable que j’ai trouvé pour continuer à progresser sans avoir besoin de motivation.

Si on se pose 2 minutes, on voit que la motivation est une arnaque. On ne peut pas être motivé tout le temps. Par contre, la motivation c’est quand même super, c’est un peu comme le sucre glace qu’on met sur un gâteau.

Si vous ne mettez que du sucre glace, vous obtiendrez un tas qui pourra se disperser au premier coup de vent. A l’inverse, si vous vous concentrez sur le gâteau en premier, c’est-à-dire les habitudes et que vous rajoutez une fine couche de sucre glace au-dessus, il sera excellent.

En plus, j’ai une bonne nouvelle pour vous ! Mettre en place des bonnes habitudes n’est pas si compliqué avec la bonne méthode. Et pour vous faciliter la vie, j’ai voulu découper les étapes pour former des habitudes pas à pas. Si vous voulez savoir comment faire, il vous suffit de cliquer sur le premier lien de la description.

Agir aujourd’hui pour un résultat futur

La chose la plus difficile pour moi quand je suis dans un projet est de connecter l’effort que je fais aujourd’hui au résultat que je souhaite. Et ça pose deux problèmes.

1- Je ne sais pas quoi faire maintenant pour avancer vers mon objectif

2- Une fois que j’ai trouvé ce que je dois faire, je ne suis pas motivé car les résultats me semblent abstraits et lointains.

Cette méthode est très intéressante et je l’ai déjà appliquée dans plusieurs moments de doutes. Elle vient du livre the one thing (lien article en question)

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   4 conseils du Petit Prince (18/26)

C’est une méthode en 7 questions très simples.

1- Quelle est l’unique chose que je veux faire un jour ? Cette première étape vise à trouver le sens de votre vie. Qu’est-ce que vous fait vraiment rêver ? Vous me direz qu’il y a peut-être plusieurs choses qui vous font envie. Pour le moment, ne vous concentrez que sur une seule. En se focalisant sur ce rêve en particulier, vous mettez toutes les chances de votre côté pour l’atteindre.

2- Pour avancer vers ce que je veux faire un jour, quelle est la chose que je peux faire d’ici 5 ans ? Pour cette étape, ne soyez pas trop précis. Ayez un grand objectif pour les 5 prochaines années. Il doit être comme une marche pour atteindre le suivant. Par exemple, si vous voulez surfer les plus grosses vagues du monde, peut être que la chose que vous devez faire en 5 ans est de vous rendre dans tous les meilleurs spots de surf du monde pour rencontrer les meilleurs surfeurs et leur demander conseil.

3- Pour m’avancer vers mon objectif à 5 ans, quelle est l’unique chose que je puisse faire d’ici 1 an ? Attention, là, ça se précise. Reprenons l’exemple du surf. Peut être que déménager en bord de mer dans un endroit propice à votre passion est ce que vous devez faire.

4- Pour m’avancer vers cet objectif à un an, que dois-je faire ce mois-ci ? Là, une idée serait de chercher un job proche des endroits où vous pourriez déménager pour surfer.

5- Que dois-je faire cette semaine ? Contacter les entreprises du secteur que je veux et qui cherchent des personnes correspondant à mon profil.

6- Que dois-je faire aujourd’hui ? Contacter les gens de mon réseau qui pourraient être au courant d’offres d’emploi dans cette région.

7- Que dois-je faire maintenant ? Contacter Jean-Claude.

Cette méthode est très puissante et peut être répétée chaque jour de manière très efficace. Evidement, vous n’aurez pas besoin de redéfinir votre objectif de vie tous les jours. Mais la puissance de cette méthode réside dans la connexion entre mon rêve et la réalité de l’effort actuel que je dois fournir.

Comment aurais-je pu savoir sans me poser toutes ces questions que la meilleure chose à faire maintenant pour surfer les plus grosses vagues du monde est d’appeler Jean-Claude ?

Grâce à cette méthode, on ne perd pas de vue nos ambitions tout en créant les petites marches de l’escalier de la réussite.

Faites l’exercice et dites-moi en commentaire ce que vous devez faire maintenant !

On se retrouve très vite,

BYE

2 réflexions sur “Efficace quand on se sent mal [4 étapes]”

  1. Hello !

    Je suis complètement d’accord avec ton article. Sur le fait de prendre du recul, remettre son projet en perspective pour se rappeler pourquoi on le fait.

    Sur le fait de ne pas se forcer à essayer d’être efficace quand ça ne va pas. En février, j’ai eu un gros moment de down où j’étais déprimée, je n’arrivais pas à avancer. Plutôt que de me forcer et de me culpabiliser, j’ai passé une demi semaine à ne rien faire (enfin à regarder des séries et aller me balader).

    Ca paraît beaucoup quand on a envie d’être efficace. Mais une demi-semaine sur une année, sur une vie, qu’est-ce ? C’est important de prendre le temps de se requinquer.

    Après, je pense qu’il faut savoir s’écouter et être vigilant quand on vit des moments où on est en réelle baisse d’énergie et qu’on n’arrive plus à rien faire. Ca cache souvent un problème plus profond.

    Me concernant, je me suis rendu compte que je ne me sentais plus bien à Paris, où j’habite depuis trois ans. Et que j’avais besoin de partir à l’étranger (en travaillant à distance sur mon blog ;)). A partir du moment où j’ai pris la décision de quitter Paris, l’ai annoncé, et ai cherché où partir voyager, je me suis sentie complètement soulagée, et j’ai recommencé à être efficace. Trois fois plus qu’avant cet épisode d’ailleurs. 🙂

    1. C’est vrai qu’être à l’écoute de son corps est un chose, et le comprendre en est une autre. Les pauses sont là pour ça 🙂

      Changer d’environnement est aussi une très bonne idée …(peut être une prochaine vidéo ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *