« Faire plaisir aux gens est une forme de couillonerie ! » [Whitney Cummings] (9/26)

« Faire plaisir aux gens est une forme de couillonerie ! » [Whitney Cummings] (9/26)

Salut ici Lucien Roy du blog Riche de Temps !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, petite annonce. Je me suis lancé dans le podcast pour vous permettre de suivre mes défis dix mois que sont l’application le zen to done et celle de comment se faire des amis ! N’hésitez pas à les écouter et à me donner vos retours ! Ils me permettent de rentrer plus dans les détails de ces défis et de vous partager mon expérience chaque semaine. En plus je les fais en marchant sur le chemin du travail. Et oui, l’optimisation du temps, ce n’est pas que du blabla !

Bon revenons à ma phase de départ, « faire plaisir aux gens est une forme de couillonerie ». C’est une citation de notre mentor de la semaine, Whitney Cummings la célèbre actrice américaine.

J’ai commencé par être un peu choqué par la phrase. On fait souvent plaisir aux autres parce qu’on a envie et que ça nous apporte à nous aussi de la satisfaction alors pourquoi se priver ?

Mais comme tout bon sceptique intelligent, j’ai décidé de creuser cette intrigue et cette citation fait vraiment sens.

On va commencer par l’histoire de Whitney Cummings avant de rentrer dans mes conseils pratiques.

Whitney est une artiste et est assez sensible. Elle veut du succès et cherche la reconnaissance. Elle dirige deux équipes de 100 personnes pour ses show télés. Seulement voilà, elle est nulle de chez nulle pour être le chef ! Elle ne sait pas dire non, elle ment pour faire plaisir, elle donne son maximum sans accepter d’aide et ne peut refuser de faveurs à personne. Déjà là, on commence à s’identifier à elle. Pour ma part, ce n’est pas aussi fort que ce que j’ai décrit là mais évidemment, j’aime faire plaisir et je déteste apporter les nouvelles qui fâchent !

Dans le monde anglo-saxon, on appelle ça la codépendance. Je n’ai pas vu de concept similaire en français alors on va en faire le tour rapidement. La codépendance, c’est une sorte de maladie sociale. En fait, vous n’arrivez pas à avoir des relations normales avec les autres. Un codépendant, fait toujours plaisir aux autres. Il est gentil, souvent trop. Il ne peut pas dire la vérité si elle fait mal, jamais il ne sera cash avec les gens. Il va a des soirées auxquelles il ne veut pas aller. Un codépendant dit oui à tout, il n’est pas capable de refuser quoi que ce soit. Un codépendant est capable de mentir à longueur de journée pour faire plaisir aux autres.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Découvrir le minimalisme [interview]

Whitney cummings était vraiment dans ce shéma là et a suivi différentes thérapies pour s’en sortir.

Maintenant, vous allez surement me dire que vous n’êtes pas codépendant et que du coup, vous n’en avez rien à faire des conseils qu’elle peut donner. Déjà, super, vous avez de la chance parce qu’être codépendant, ça ne doit pas être marrant. Ensuite, vous avez tort parce que chacun d’entre nous a un côté qui veut toujours faire plaisir et qui ne sait pas dire non !

Passons aux actions concrètes et aux conseils de Whitney Cummings !

On va commencer par ce qui concerne le surplus de gentillesse qu’on a en nous puis je vous expliquerai ce qu’elle m’a permis de changer dans d’autres domaines cette semaine.

Tout d’abord, aussi bizarre que cela puisse paraître, être trop gentil, ce n’est pas sympa du tout pour votre entourage. Pour progresser on a tous besoin d’indications et parfois, seul un regard extérieur peut nous les donner.

Prenons un exemple ridicule. Osez-vous le dire aux autres quand ils ont un bout de salade coincé entre les dents ? Personnellement, je ne me permets ce type de remarque que pour mes amis.

Mais maintenant, aimez-vous qu’on vous dise que vous avez un bout de salade coincé entre les dents ? Dans un premier temps, ça ne vous fait peut-être pas plaisir mais au final, vous pouvez remercier 1000 fois la personne qui vous l’a dit. Comme ça, ça vous évitera de garder ce bout de salade toute la journée.

Ça, vous allez me dire que ça ne vous permet pas de gagner du temps ! je suis assez d’accord, voyons donc le point suivant.

Quand on est trop gentil, on accepte trop de chose. On est d’accord d’être trésorier dans notre nouvelle association de musique alors qu’on manque de temps, on est d’accord pour aider à l’organisation d’un tournois de foot, on d’accord d’aller à des soirées auxquelles on ne veut pas aller, simplement pour faire plaisir.

Les gens trop gentils ont une tonne d’engagements et c’est pour ça qu’ils ont moins de temps pour réaliser leurs projets. Regardez, les entrepreneurs, ne s’engagent dans rien d’autre que leur entreprise, ceux qui veulent booster leur carrière ne donne pas non plus leur temps pour quoi que se soit.

Je ne vous dit pas de n’aider personne.

Simplement de vous demander pourquoi vous aidez ou pas ? Avez-vous réellement envie de le faire, ou vous sentez vous obligé de le faire ?

Pour le savoir, Whitney Cummings conseille de passer en revue votre emplois du temps et de le décrire à quelqu’un à voix haute.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   4 conseils du Petit Prince (18/26)

Je vous donne deux rapides exemples avant de passer à la suite. Sois-vous dites : « demain je dois aller à l’assemblée générale du foot. Et en fin de semaine il faut que j’imprime les affiches pour faire parler du match »

Sois-vous dites : « demain je vais au judo et en fin de semaine, je vais au théâtre. » Voyez la différence énorme entre ces deux descriptions de votre emploi du temps ? Dans le premier cas, vous subissez votre semaine alors que dans le deuxième, vous êtes acteur, on sent que vous avez choisi vos activités.

Faites l’exercice et découvrez si vous vous avez trop d’obligations ou pas !

Vous avez peut-être remarqué que j’ai arrêté de publier tous les jours sur instagram, c’est précisément suite à cette lecture de mon emploi du temps. Au bout de 50 jours à publier une photo par jour, cette habitude instagram est devenue une contrainte que j’ai donc tout simplement supprimée !

Une chose à retenir, ne gardez que vos meilleurs engagements et supprimez tous les autres. Soyez impitoyable !

J’ai encore deux conseils de Whitney Cummings, c’est parti !

Premièrement, c’est un rappel, mais ça ne fait pas de mal, arrêtez le multitâche ! On se consacre à 100% sur l’activité actuelle. C’est la base de l’efficacité !

Deuxièmement, arrêtez de mentir constamment, c’est fatiguant ! Arrêtez de rire aux blagues pas drôles. Arrêtez de dire « salut ça va ? » à tout le monde alors que vous vous en fichez de la réponse. Ne dites que ce qui est utile pour vous. Ne demandez que ce qui vous importe vraiment !

Voilà, c’est tout ce que j’ai appliqué cette semaine ! Je vais continuer à arrêter de faire plaisir aux gens, testez, ne faites que ce qui vous importe vraiment et arrêtez de vous contraindre uniquement pour faire plaisir aux autres !

En complément, vous êtes libre de télécharger mon guide gratuit « 7 outils pour devenir efficace et heureux ». Je vous donne les meilleures techniques pour débuter l’optimisation de votre temps !

Avant de partir, dites-moi si cette vidéo vous a plu en commentaire !

BYE !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

5 thoughts on “« Faire plaisir aux gens est une forme de couillonerie ! » [Whitney Cummings] (9/26)

  1. Bonjour Lucien

    Un très bon article sur un sujet très intéressant, et important.

    Arriver à ne plus être codépendant est essentiel.
    Pouvoir être soi, pour être mieux avec les autres, quitte à ne pas être aimé de tout le monde (car c’est impossible), voilà une belle directive pour s’améliorer.

    AU plaisir
    Evan

  2. Hello !
    Vidéo très intéressante !
    Pour régler le problème du flou-net dans ta vidéo il faut que tu désactives la mise au point automatique et que tu fasses manuellement ta mise au point.
    Bon courage pour la suite !

    1. Bonjour,
      merci de ton retour ! En effet, j’ai vu cette mise au point intempestive ! J’ai corrigé ça sur la vidéo de ce weekend 🙂
      À bientôt,
      Lucien

  3. Bonjour Lucien
    Je me suis bien reconnue dans certains de tes exemples…
    La pression sociale, ne pas vouloir passer pour celui ou celle qui ne fait que consommer dans une association par exemple, nous pousse parfois a nous engager meme si nous n’avons pas de temps… mais tout le monde est dans ce cas, alors comment tournent ces associations si à tour de rôle on n’endosse pas une responsabilité?
    Pour les relations travail, demander à un collègue ou un collaborateur comment ça va me semble utile. S’il en a envie, ce collègue va nous faire part d’une difficulté qu’il est peut être important de prendre en compte dans le service.
    Néanmoins, je te rejoins il faut être disponible ou disposé à écouter une réponse quelle qu’elle soit sinon autant ne pas poser la question. Donc je dirais posons la question quand on peut prendre le temps d’écouter.
    Bonne semaine
    Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *