FAQ : Le Meilleur Livre de ma Vie

Aujourd’hui : article spécial F.A.Q, dans lequel je me fais un plaisir de répondre à vos questions. Je reviens en particulier sur ma vision de l’efficacité et sur mon parcours en prépa.

Pourquoi avoir lancé un blog ?

Je dirais tout d’abord que j’ai lancé un blog, car je m’ennuyais en classe préparatoire. Non pas que je n’avais pas assez de choses à faire, mais tout simplement que j’apprenais des contenus qui ne me plaisaient pas nécessairement. De plus, je voulais m’épanouir davantage intellectuellement, d’où l’importance que j’accorde à l’apprentissage sur mon blog. Il m’a permis de développer mes compétences en montage vidéo, de lire plein de livres, de me connecter avec d’autres personnes et puis de m’amuser tout en commençant à gagner de l’argent. C’est un loisir génial qui permet d’être productif sur tous les plans. Au-delà de tous ces avantages, d’un point de vue personnel, c’est bien plus valorisant de tenir un blog que de jouer aux jeux vidéo toute la journée, pas vrai ?

Quelles sont tes références en développement personnel ?

Avant tout, je souhaiterais préciser que je n’aime pas l’appellation “développement personnel”, parce que c’est devenu un concept fourre-tout que tout le monde utilise n’importe comment, ce qui j’avoue, m’exaspère beaucoup. J’aurais tout de même quelques recommandations à vous faire dans ce domaine très large du développement personnel. Au final, l’idée, est de se développer et de s’améliorer.

Du coup, la première personne que je vous conseille, est Olivier Lafay, il est très connu pour sa méthode de musculation qui a fait pas mal de bruit. D’ailleurs, il compte en sortir une nouvelle prochainement. En réalité, Olivier Lafay ne se limite pas à des exercices de musculation, mais c’est aussi une manière atypique de philosopher, c’est pourquoi il m’intéresse énormément. Sa philosophie remet beaucoup de choses en cause, elle permet de réfléchir sur soi, sur la société et les évolutions qu’elle subit. Je trouve cela extrêmement important. 

La deuxième référence qui me vient tout de suite à l’esprit quand je pense au développement personnel, est Tim Ferriss. Il a une mentalité d’explorateur, il part dans différentes directions à la recherche de toutes les optimisations qu’il pourrait réaliser par-ci par-là. J’adore ça, il permet vraiment de se poser des questions sur nos actions que l’on trouve, au premier abord évident et allant de soi, alors que ce n’est pas vraiment le cas. C’est un de ses points communs avec Olivier Lafay. Ils nous permettent de nous interroger sur des problématiques auxquelles on n’aurait probablement jamais pensé.

Ces deux personnes sont des références pour moi depuis quelque temps déjà. J’applique la méthode de musculation Lafay depuis environ quatre ans et sa philosophie depuis peu par le biais du groupe Méthode Lafay sur Facebook et des livres qu’il propose sur son blog. Pour ce qui est de Tim Ferriss, je l’ai connu un peu avant de commencer le blog, il y a de cela deux ans. D’ailleurs, je me souviens que mon premier défi au tout début du blog était basé sur un de ses livres (les outils des geants).

Quels sont les livres qui ont eu le plus d’impact sur toi ?

C’est une question assez complexe, puisque l’impact qu’un livre a sur nous dépend vraiment du moment et du contexte de sa lecture ainsi que des ouvrages qu’on a pu lire auparavant. Il y a un certain nombre d’éléments à prendre en compte dans le fait d’apprécier ou non un livre, en sachant que c’est un jugement totalement subjectif. Je vais donc vous présenter les ouvrages qui m’ont permis de réaliser certaines choses à des périodes charnières de ma vie et ont également participé fortement à mon développement. Sinon, d’autres livres que j’ai appréciés m’ont moins influencé, mais reste utile en terme de réflexion. Dans tous les cas, le haut du panier reste la méthode Lafay et la philosophie qui en découle, comme j’ai déjà pu le mentionner auparavant, elle m’amène à beaucoup de changements positifs. Le second livre est Les outils des géants de Tim Ferriss, dans lequel il part à la rencontre de personnalités de renom afin de déceler les secrets de leurs réussites, de comprendre leurs habitudes quotidiennes. Dans le même temps, j’ai lu le livre Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée de Daniel Kahneman. J’ai eu l’occasion d’en parler lors de mes premières vidéos YouTube que vous pouvez aller visionner, bien que j’en ai un peu honte, car ce n’était vraiment pas la même qualité qu’aujourd’hui. Je n’étais pas très à l’aise, mais finalement, cela m’a ouvert la porte de la psychologie, domaine que je trouve passionnant.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   2019 : J'arrive ! [planifier l'année à venir]

As-tu des conseils pour se former soi-même ?

Le premier conseil que je peux vous donner est d’apprendre l’anglais parce qu’une bonne partie des livres que je lis sont dans cette langue et n’ont pas été (et ne seront probablement jamais) traduits en français. Il existe énormément de ressources en anglais, c’est quelque chose que je vous encourage vivement d’entreprendre.

Le second conseil est de lire abondamment. Cependant, il reste essentiel d’agir, car la plupart des personnes sont bloquées dans la théorie en permanence. Elles connaissent sur le bout des doigts : les domaines de l’efficacité, de la philosophie, ou de la psychologie, mais sans jamais appliquer ce qu’elles apprennent dans leur quotidien.

La dernière recommandation que je vous propose, c’est d’écrire sous forme d’articles ou autres. L’idée est de passer à un autre stade de l’apprentissage en expliquant à d’autres les connaissances que l’on a assimilées et surtout mises en place. De mon côté, j’écris mon journal tous les jours et des articles toutes les semaines ce qui me permet de prendre du recul et d’observer mes réflexions passées. Cette habitude m’a permis de comprendre que je changeais souvent d’avis. À l’instar d’un carnet d’entraînement pour les sportifs, l’objectif du journal est de mesurer les progrès accomplis en les écrivant. Admettons que vous preniez une photo de vous maintenant et que dans dix ans vous retombiez dessus, vous constaterez une différence énorme. Dans le même temps, vous ne vous serez pas vu changé dans la glace au quotidien.

Maintenant que tu as réussi à créer une chaîne YouTube, que comptes-tu entreprendre pour la suite ?

Je ne sais pas si j’ai vraiment réussi, cela dépend de votre définition de la réussite. Dans tous les cas, je compte vraiment continuer ce que je fais. Mon but est de miser sur la pédagogie pour inciter à passer à l’action. Je ne souhaite pas seulement fournir des informations, je veux créer du changement, en trouvant les leviers adéquats. Après un an de blogging, j’ai découvert que j’aimais partager ce que j’apprenais avec des personnes qui ont les mêmes intérêts que moi. D’un point de vue plus personnel, je suis en ce moment sur différents projets, comme approfondir mes connaissances en psychologie et en philosophie qui sont des domaines que j’affectionne tout particulièrement.

Où te vois-tu dans 5 ans, 10 ans, ou 20 ans ?

C’est une question assez marrante, surtout que j’en ai aucune idée. Il y a différentes choses que je souhaite faire qui sont assez abstraites, mais elles me donnent un cap important à mes yeux qui me permet de définir mes priorités.

Le premier objectif, est de consacrer plus de temps à la réflexion et pas seulement à la lecture. Je veux prendre le temps de réfléchir à ce que j’ai lu pour en tirer un bénéfice réel, surtout en philosophie où il est nécessaire de se forger ses propres opinions.

Le second objectif serait d’avoir un travail si passionnant que je ne souhaiterais pas mettre fin à ma carrière. L’une des plus grandes fortunes, comme par exemple Warren Buffett qui doit avoir au moins 80 ou 90 ans, continue à travailler alors qu’il est milliardaire. C’est quelque chose qui m’attire de me dire que j’aurais assez d’argent pour ne plus travailler, mais je continuerais par pure passion.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Agir même quand on a peur [Tim Ferriss] (6/26)

Quel métier souhaiterais-tu exercer ?

J’aimerais devenir conseiller en gestion de patrimoines. En clair, j’aiderai les gens qui ne savent pas vraiment où placer leur argent et qui n’ont pas le temps de s’en occuper ou qui souhaite transmettre leur patrimoine à leurs enfants. Il existe plein de circonstances dans lesquelles on a besoin de faire appel à un gestionnaire du patrimoine.

Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai fait une Terminale ES, puis une classe préparatoires “ENS Paris Saclay D2” (c’est-à-dire économie + maths). Et je suis actuellement à l’Université Paris Dauphine en cursus “gestion de patrimoine”.

Quel genre d’élève étais-tu au lycée ?

J’avais de bonnes notes, j’essaie toujours d’être le plus efficace en bossant le moins possible. C’était mon objectif afin de pouvoir m’amuser à côté. Je pense que l’efficacité que j’ai souhaitée au départ était due à mon envie de jouer aux jeux vidéo et faire autre chose que de travailler.

Combien d’heures travailles-tu par semaine ?

Aujourd’hui, si on additionne la formation à Dauphine ainsi que mon blog, je dépasse les 70 heures par semaine. Par contre, je vous avertis, il n’est pas conseillé de mesurer son travail en fonction du temps que l’on y consacre, mais plutôt par rapport à l’efficacité du travail. Lorsque je dis 70 heures, c’est des heures complètement focus, où j’évite de “glander” sur mon téléphone ou à la machine à café.

Étais-tu prisonnier de tes cours en prépa ? Comment as-tu survécu ?

Certains d’entre vous ont l’air d’être vraiment effrayé par la prépa. Personnellement, j’ai vécu une super expérience, bien que je sache que ce n’est pas le cas de tout le monde. J’ai eu des professeurs géniaux et des camarades avec qui j’ai entretenus des liens assez forts qui sont encore mes amis actuellement et pour longtemps. Mon passage en classes préparatoires m’a permis de vraiment progresser en économie et en mathématiques, alors que j’étais plutôt moyen avec les chiffres. J’ai appris à mieux me connaître en faisant des choses que je n’aimais pas tellement, ce qui m’a permis de sélectionner mes domaines préférés. Clairement, en prépa le niveau est élevé, du coup j’ai dû augmenter ma capacité de travail pour pouvoir me consacrer à mon blog sur l’efficacité.

Une personne très autonome et bosseuse ne s’épanouirait-elle pas autant dans une université réputée qu’en prépa ?

Je précise que je n’ai pas de réponse générale, mais je me baserai sur mon expérience personnelle. La réponse est oui, effectivement, un ou une élève très autonome peut parfaitement s’épanouir dans un autre cursus.

Quel est le “plus” que l’on retrouve seulement en prépa ?

Je mettrai plusieurs éléments en évidence. Tout d’abord, des professeurs géniaux. Bien que je sois actuellement dans une université dite « réputée », l’engagement des professeurs n’est pas le même. Les professeurs de prépa poussent à l’excellence et cherchent à nous amener à ce qu’on peut faire de mieux.

Ensuite, la prépa m’a transmis une mentalité très optimiste. Rien ne sert de se focaliser sur les échecs, car toutes les semaines, on enchaîne les devoirs et les colles, on ne peut donc pas se permettre de bloquer sur une mauvaise note. Cet état d’esprit évite que les élèves s’auto-sabotent et s’arrêtent en si bon chemin.

Maintenant, si vous avez encore une question, posez-la en commentaire, je serai ravi d’y répondre 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *