Faut-il devenir addict à tes objectif ? Ou l’addiction n’est elle qu’une force du mal ?

Est-ce que l’addiction est vraiment l’ennemie de la réussite ? C’est vrai que quand on parle jeux vidéo, nourriture, cigarette et alcool, la réponse semble assez évidente. D’ailleurs, ça me donne toujours des sueurs froides parce que je suis facilement addict et tu le sais, avant le blog, c’était les jeux vidéo… Je jouais plus de 20 heures par semaine et en compétition contre des joueurs du monde entier. Au moment ou j’ai voulu arrêter, j’ai essayé une dizaine de fois avant de réussir… En vendant mes comptes du jeu pour ne plus jamais pouvoir retourner en arrière… 

Mais il y a quand même un aspect génial : quand on est addict, on ne manque jamais de motivation… Et on fait des trucs qu’on a pas envie de faire et qu’on sait mauvais pour nous… Alors tu imagines la puissance que tu aurais si tu détournais ça pour tes objectifs ?

Le but ne sera pas de te rendre addict parce que c’est psychologiquement difficile, mais de trouver les points qui facilitent l’addiction pour s’en servir et créer des objectifs addictifs dans lesquels tu avances sans te déconcentrer.

Ce que je dis dans cette vidéo n’est pas scientifique. C’est vraiment mes tests perso (et une pincée de sciences quand même, je t’en dis plus à la fin).

Ça fait un moment que j’ai décroché des jeux vidéos et je ne regarde plus de séries qui me font trop perdre mon temps, alors je ne savais plus exactement ce qui avait facilité cette folie. Donc j’ai remis le sujet à plus tard parce que je ne me sentais pas de le traiter… 

Mais il y a peu, j’ai recommencé à jouer un peu au jeux vidéo (rien de comparable à ma situation précédente, c’était un loisir très sain, au même titre que regarder un film). Et j’ai commencé à sentir cette glissade vers l’addiction.

Cette petite voix qui t’ordonne de jouer.

Ce mécanisme mystérieux qui fait que quand tu n’as rien à faire, même si tu n’as pas envie de jouer, tu le fais quand même.

Je l’ai repéré tout de suite : intolérable pour moi de retomber là dedans, mes objectifs ne le permettent pas.

Mais ça m’a rappelé que ce serait un excellent sujet d’étude alors je suis parti en glissade contrôlée pour raviver mes vieux souvenirs et apprendre à détourner cette force pour augmenter mon impact, ma persévérance et ma concentration.

Je vais t’expliquer tout ce que j’ai trouvé et surtout comment l’utiliser, mais attention, il y a 3 précautions indispensables à prendre pour ne pas te faire piéger, et tomber du mauvais côté de l’addiction, on en parle juste après.

Le pouvoir de l’identité

La manière dont tu te définis est l’un des leviers le plus puissants qu’on va utiliser. C’est ce qui te pousse à réussir pour faire partie du club.

C’est la récompense ultime pour beaucoup parce qu’elle satisfait de besoins profondément humains d’appartenance, de reconnaissance et d’interaction sociale.

En entrant dans le club, tu es respecté, ton statut s’élève. Le caractère interdit peut même renforcer ce côté club. C’est le cas pour les jeux vidéos qui se pratiquent en équipe ou l’entrepreneuriat. Tu veux faire partie du “club des gens qui se donnent les moyens”, sinon, tu te voies comme un looser.

Le seul pouvoir de l’identité n’est pas suffisant, mais avant de voir les autres leviers, laisse-moi te donner des manières d’utiliser ce principe pour accélérer tes objectifs :

  • Le premier moyen évident est de rejoindre une communauté qui est motivée par les mêmes objectifs que toi. (Internet est là pour toi… j’ai deux amis qui se sont rencontrés suite à des échanges sur un forum de finance… alors pourquoi pas toi)
  • Le second est d’en parler autour de toi : tu deviens ainsi “l’entrepreneur”, “le coach” ou “le créatif” de ton groupe d’amis.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Devenir efficace : descente aux enfers ou opportunité?

C’est ce que j’ai utilisé au moment de lancer mon blog il y a 3 ans. On avait formé un petit groupe de 5, avec qui on s’appelait toutes les semaines pour se motiver et on avait ce sentiment de communauté et d’accomplissement quand on racontait nos réussites.

Tu n’es pas dupe

Un autre point essentiel : il faut que tu y croies. Si je te propose de réaliser quelque chose que tu sais impossible, quel est le niveau de ta motivation ?

Proche de 0 et c’est normal… 

D’ailleurs beaucoup de vendeurs de rêves se basent là dessus en te promettant une méthode qui te donne 100% le contrôle de ta réussite. Ils te disent qu’avec leur méthode, quelle que soit ta situation, tu es certain de réussir.

Mais en plus de ce côté atteignable, tu dois considérer un autre ingrédient pour que ton objectif t’accroche comme une mouche dans une toile d’araignée.

Tu dois être en mesure de constater tes progrès au fur et à mesure. C’est exactement ce qui motive un enfant dans les jeux vidéo contrairement au travail scolaire.

Dans un jeu, globalement, plus tu joues, plus tu progresses et tu le vois en permanence avec ta barre de niveaux qui se remplit peu à peu. À l’école, c’est bien différent… l’élève travaille sans se rendre compte de ses progrès et il se sent parfois trahi parce que malgré ses efforts, il n’obtient pas de note à la hauteur de ses attentes.

Pour valider ces deux critères, voici comment je fais :

  • Ma vision est claire et je sais exactement où je veux aller. Exactement comme le joueur qui veut le niveau 100 avec les supers armes et le super costume pour son personnage, je sais non seulement où je vais, mais aussi ce que je vais obtenir en y arrivant. Pour créer cette vision pour toi, clique sur le premier lien de la description, une petite formation spéciale là dessus t’attend.
  • Mon objectif est décomposé en étapes essentielles qui me montrent mon avancement. Encore une fois, je t’explique exactement comment faire dans le premier lien de la description.
  • Le dernier point et pas des moindre est celui de la confiance. J’ai confiance en moi et en la méthode que j’utilise pour atteindre mon objectif. C’est essentiel. Si je me questionne sans arrêt sur la pertinence de mon moyen de réussir, je suis ralenti, j’ai des doutes et je finis embourbé.

L’opportunité est périssable

Ça veut dire que si tu ne te bouge pas maintenant, tu sais que tu n’auras plus tes chances. C’est le but des bonus à durée limitée dans les jeux vidéo.

Et c’est aussi pour ça que beaucoup d’entrepreneurs se lancent. Tu as certainement déjà entendu des gens dire :

  • Je savais que c’était le moment de me lancer, avant d’avoir mes enfants… Après, je n’aurais pas eu le courage.
  • Je voulais me lancer avant d’être pris dans une routine confortable qui m’aurait ramolli.

C’est aussi ce qu’on trouve dans la compétition : si je ne m’entraine pas aujourd’hui alors que mon concurrent le fait, je perds mes chances de gagner.

Finalement, c’est le levier ultime contre la procrastination.

Comment l’utiliser ?

  • Travaille sur les raisons qui te poussent vers ton objectif et les bénéfices de l’atteindre. Je peux t’envoyer des exercices là dessus par mail si tu suis le premier lien de la description.
  • Fixe des limites horaires. Si tu as toute la journée devant toi, il est facile de se perdre… Par contre, si tu sais qu’à 17h, tu as l’obligation d’arrêter de bosser pour aller au club de boxe, chercher tes enfants à l’école, aller au cinéma avec ton mari ou ta femme, tu n’as pas le temps de trainer. C’est une des raisons principales pour lesquelles je ne travaille que 4h par jour en ayant plus de résultats que quand je bossais 10h. (Lien qui t’explique tout ça dans la fiche)
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   La Méthode Wim Hof [Retour d’expérience et interviews]

Je ne t’encourage pas à créer des deadlines stressantes en permanence parce qu’elles vont t’empêcher de prendre du plaisir et de souffler quand tu en as besoin, mais tu peux utiliser des dates limite de temps en temps pour faire un petit sprint.

La force de l’habitude

On arrive à l’un des attributs les plus dangereux de l’addiction : elle prend toujours plus de place dans ta vie. Toujours plus de temps.

Et ça finit par devenir ta seule option.

C’est ce qui ruine les efforts de trop d’entrepreneurs… Ils bossent tout le temps et ne font rien d’autre à côté. Au fil du temps, on ne leur propose plus de sorties et ils ne veulent pas en faire d’eux même parce que la seule chose qui a du sens est de faire “progresser” leur boite en travaillant comme un zombie pendant des heures… 

Ça m’est arrivé au moment de mon passage à plein temps sur mon entreprise, c’est pour ça que je t’en parle… 

Si cette “habitude de travail” est contenue à des horaires précis, ça va. Ton équilibre est sauf… Mais sinon, tu cours un risque énorme.

Parce que les loisirs et le plaisir font partie de l’équilibre de vie et qu’on paye généralement très cher quand on ne les respecte pas.

Donc cette force de l’habitude, pour une fois, je t’invite à la limiter.

Comment ?

En trouvant d’autres choses que tu adores faire : passer du temps entre amis, dans des expositions avec ton ou ta chérie, etc.

Combien de pieds ton tabouret a-t-il ?

L’autre danger de l’addiction, c’est que ton identité finisse par ne reposer que là dessus. Autrement dit, la manière dont tu te définis est “je suis un entrepreneur” et c’est ta seule manière d’avoir de la reconnaissance et de la connexion avec les autres.

Je te laisse imaginer ce qui se passe le jour ou le business s’écroule : tu t’écroules avec.

C’est ce qui se produit pour les burnouts suite à un licenciement. La personne se définit par son travail et le jour où il n’existe plus, elle se sent nulle, inutile et sa vie n’a plus de valeur… 

C’est pour ça que garder une vie variée et stimulante est essentiel. Même si tu bosses comme un dingue pour tes rêves, prends soin de tes relations, trouve des hobbies, fais du sport, cultive-toi.

Les manières de te définir sont comme les pieds d’un tabouret… Plus il y en a, moins le fait d’en couper un risque de te faire tomber par terre.

Le compteur qui vérifie que tu ne dépasses pas les bornes

La question que je me pose tous les jours pour savoir si je ne dépasse pas les bornes :

Est-ce que je vais prendre du plaisir aujourd’hui ?

Si la réponse est non, c’est peut être que ton addiction à l’objectif commence à devenir malsaine… C’est là que je me replonge dans les points expliqués précédemment dans la vidéo pour vérifier que je ne suis pas en train de tomber du mauvais côté.

La vidéo est déjà longue donc je ne vais pas détailler en quoi elle est fondée scientifiquement malgré le caractère empirique de mes observations. Pour en savoir plus, je te laisse aller voir la vidéo sur la motivation intrinsèque avec laquelle je trouve beaucoup de parallèles. C’est peut être bien que tu devrais utiliser l’addiction pour créer ton ultime motivation.

L’action est la clé !

BYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *