Faut-il se chronométrer pour travailler ? [Tim Ferriss] (11/26)

Faut-il se chronométrer pour travailler ? [Tim Ferriss] (11/26)

 

Salut les optimisateurs astucieux, ici Lucien Roy du Blog Riche de temps !

Mettre un minuteur pour travailler est une idée assez rependue pour augmenter sa productivité. D’ailleurs, c’est une des astuce du « kit de démarrage ». Il réunit toutes les meilleures astuces pour optimiser son temps que je mets en place dans ma vie en ce moment. Vous pouvez l’obtenir gratuitement en cliquant sur le premier lien de la description.

Mais est-ce que ça marche vraiment ?

J’avais déjà testé cette technique pendant quelques heures et je l’avais trouvée plutôt utile sans pour autant la considérer comme une révolution. Alors cette semaine, j’ai décidé de ne pas travailler une seule minute sans mettre mon minuteur. Histoire d’avoir un vrai teste ! Et j’ai changé d’avis sur cette méthode, elle va partie de celles qui restent dans ma vie même après les défis ! Ça fait plaisir parce que ça fait quelques semaines que mes défis ne m’avaient pas apporté de leçons applicables sur le long terme.

Commençons par le début. Je travaille beaucoup. C’est nécessaire, je dois passer des heures devant mon bureau. Qu’est-ce que c’est long ! Qu’est-ce que c’est ennuyeux ! Au bout d’une heure et demi à peine, je commence à saturer, ma productivité baisse énormément. Mais ça ne suffit pas alors on combat l’ennui, on combat la fatigue et on continue à travailler.

Vous êtes probablement dans ce cas et c’est normal. Tout le monde à du travail et en général, ça devient pénible au bout d’un moment. Les plus patients résistent quelques heures et les plus impatients trépignent au bout de quelques dizaines de minutes.

Bon on ne va pas rester sur cette fatalité ! L’idéal serait de finir son travail plus vite tout en gardant la meilleure qualité possible.

C’est ce que permet de faire le travail chronométré. Voyons juste un point de théorie qui permet d’expliquer scientifiquement l’efficacité de cette méthode avant de passer au concret !

Il y a une loi qui dit qu’on ne mettra jamais moins de temps qu’on en a prévu pour un projet. C’est la loi de Parkinson. Je ne suis pas sûre d’avoir été tout à fait clair alors illustrons la par un exemple.

Vous devez rendre un rapport pour dans deux semaines. Ce n’est pas une tâche très difficile pour vous, vous savez ce que vous devez mettre dedans. Et bien même si ce rapport aurait pu vous prendre 4j à boucler, il vous prendra 2 semaines. C’est ça notre tendance à combler le temps qu’on octroi à une tâche. Donc, si on se fixe des petites plages de travail, on est toujours dans un objectif de court terme qui nous pousse à l’efficacité.

Maintenant, je vous l’ai dit en intro, je vais continuer ce défi après cette semaine parce que j’y trouve de nombreux avantages ! Attention cependant, je l’ai trouvé assez difficile à mettre en place.

Il faut réussir à ne pas céder à la tentation de regarder ses mails ou facebook pendant nos plages de travail. Il faut persévérer à chaque fois pour aller au bout du temps de travail. Il faut être discipliné. J’ai mis quelques astuces en place pour tenir.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment lire 2x plus vite ? [Tony Buzan] (13/26)

1- Téléphone en mode avion, pas éteint, on peut quand même écouter de la musique pendant qu’on travaille.

2- Avoir un bureau rangé. On est distrait tellement facilement quand on n’a pas envie de travailler qu’il faut mettre toutes les chances de notre côté. Ne laissez rien qui n’a pas de lien avec votre travail sur le bureau. Si vos écouteurs trainent là, mettez-les par terre s’il le faut, mais pas en plan sur le bureau. De même, enlevez tout ce dont vous n’avez pas besoin pour votre tâche actuelle. Il est inutile d’avoir tous ses cours de maths étalés quand on fait de l’histoire.

3- Si vous n’avez pas besoin d’internet sur votre ordinateur, coupez la ou au moins fermez facebook pour éviter les notifications toutes les minutes.

Ensuite, il faut être organisé pour retrouver facilement ce que vous voulez travailler. Si vous mettez 20 minutes à trouver un document qui va vous servir une demi-heure, clairement, on va dans le mur ! Pour ça utilisez des classeurs, des pochettes et surtout restez simple.

Bien loin de moi l’idée de vous décourager de mettre cette méthode en place ! Voyons maintenant tous les bénéfices que j’ai expérimentés cette semaine.

Pour travailler avec un minuteur, il faut fixer une durée. En général entre 30 minutes et 1h30. La durée que je vous recommande est 30 minutes.

1- C’est flexible. L’idéal est de ne pas changer de tâche pendant toute la durée du minuteur. Je trouve donc pratique d’avoir des temps assez courts pour s’adapter au mieux à ce qu’on a à faire. Et si ce que vous faites-vous prend plus de temps, il suffit d’embrayer sur une autre demi-heure.

2- C’est court. Je déteste travailler pendant des heures sans pause. En général, je ne prends pas de pause toutes les demi-heures, mais plutôt toutes les 1h-1h30. Mais si j’ai envie, si je suis particulièrement fatigué, c’est super de pouvoir souffler un peu toutes les 30 minutes.

Tien, souffler, parlons en ! En théorie, il faut mettre un minuteur pour sa pause aussi. Je trouve ça horrible. On est pas à l’usine ! Il faut garder du plaisir. Bien sûr, si vous travaillez 30 minutes et que vous faites une pause d’une heure à chaque fois, c’est gênant et peut être que vous devriez limiter vos pauses. Personnellement, je préfère le faire au feeling. Je ne dépasse que très rarement 15 minutes et quand c’est le cas, c’est que j’en ai besoin. Ecoutez-vous, ne vous tuez pas à la tâche !

Avantage suivant, le fait de quantifier son travail avec précision nous permet d’être vraiment honnête avec nous-même. Fini le je pense que je travaille 3h par jour. Il vous suffit de compter les périodes de travail. Cette semaine, de lundi à samedi, je peux vous assurer avec certitude que j’ai travaillé 28 demi-heures soit 14h. Rien que ça c’est génial. J’ai souvent tendance à me mentir à moi-même pour me dire que je travaille plus que réellement. Avec ce système : impossible. On fait face à la réalité.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Agir même quand on a peur [Tim Ferriss] (6/26)

Dans le kit de démarrage pour les optimisateurs astucieux je vous conseille de vous récompenser pour chaque petit pas vers vos objectifs. Vous pouvez obtenir ce kit de démarrage en suivant le premier lien de la description. Récompensez-vous après chaque demi-heure ou heure de travail.

Ecoutez une musique que vous aimez, mangez du chocolat, faites un tour dehors, bref faites-vous vraiment plaisir.

Du coup, comme vous vous récompensez régulièrement, vous êtes motivé à travailler. Je pense que j’ai plus travaillé cette semaine que les autres semaines. En partie parce que ce découpage permet d’être détendu et toujours frais quand on est au bureau. Ça permet de ne pas atteindre ce point de saturation qui donne envie de s’arracher les cheveux.

Le dernier avantage que j’ai constaté cette semaine, c’est que ce temps limité m’a incité à faire du travail de qualité. Quand je commence une tâche je me dis : « 30 minutes chrono et ensuite on n’y revient pas ». C’est très satisfaisant.

En plus la qualité a une grosse importance pour moi, c’est une valeur pour moi, je vous en parlerai dans un podcast la semaine prochaine sur Youtube.

J’ai un petit point bonus pour cette technique du minuteur. C’est un avantage de long terme que je n’ai pas pu constater cette semaine mais que je compte bien exploiter pour les semaines à venir. En plus de travailler sur des plages définies, je compte ce nombre de plage. Ainsi, je vais pouvoir comparer mes semaines pour savoir si j’ai plus ou moins travailler. Évidemment, ça ne me dit rien de la qualité de ce travail. Le seul moyen que j’ai trouvé de la mesurer est le ressenti, mais c’est déjà un bon outil que je compte utiliser.

En résumé que devez-vous faire dès demain ?

Trouvez le minuteur de votre smartphone et lancez-le pour une durée de 30 minutes quand vous commencez à travailler. Dès que c’est terminé, récompensez-vous, faites une petite pause. Pas besoin de la chronométrer si vous êtes raisonnable, mais attention de ne pas vous perdre sur les réseaux sociaux, c’est fatal.

Si vous voulez aller plus loin pensez à lire le kit de démarrage des optimisateurs astucieux. On se retrouve dans la semaine pour des podcasts et dimanche prochain en vidéo !

BYE

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Faut-il se chronométrer pour travailler ? [Tim Ferriss] (11/26)

  1. Bonjour Lucien

    Je vois que tu apprécies aussi Parkinson. 🙂
    Pour moi c’est l’un des piliers de la productivité.

    J’en parle ici : https://www.papa-et-patron.fr/plus-de-temps

    Se minuter est bien mais je crains que sur le long terme ça amène plus de stress qu’autre chose.

    Il faut le faire selon moi qu’à des moments donnés là où tu as besoin d’être très productif .

    Car ce n’est pas non plus grave de dépasser de +-10%.

    AU plaisir
    Evan

    1. Oui, j’ai pu ressentir cette loi à mon détriment et j’apprécie de pouvoir y pallier. Une de mes craintes était en effet le stress lié au chronomètre, mais au final, je n’en ai pas ressenti la semaine dernière 🙂 Je continue à travailler par plage de 30 minutes et je suis en effet intéressé de savoir si on peut tenir ça sur le long terme. Pour l’instant, je n’en retire que du positif. En fait, la durée de 30 minutes me permet de souffler plus souvent qu’en temps normal donc c’est plus reposant que stressant pour moi 🙂
      A étudier sur le long terme !
      Lucien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *