Faut-il vraiment définir des objectifs ?

Enfoncé dans notre passion on en oubli parfois de se poser les questions essentielles. Dans le monde de l’efficacité, on peut dire que la fixation d’objectifs semble être une obligation.

Mais une obligation pour quoi faire ?

Et puis à partir de quel moment peut-on dire qu’on a un objectif ? Quand on a une idée ? Quand on a un plan ? Quand on s’est déjà lancé ?

Qu’est-ce qu’un objectif ?

Ce thème a déjà été abordé alors allons à l’essentiel en décomposant l’objectif en plusieurs niveaux.

L’objectif de base

Il est défini clairement et est mesurable. C’est ce que permet la méthode SMART. La différence principale avec ce qu’on appelle traditionnellement un objectif réside dans la précision. Quand un débutant dira : « Je veux améliorer mon sommeil. ». Une personne plus entrainée précisera : « je veux dormir 8h par nuit en me couchant à 22h00 pour être en forme chaque matin ».

Dans le premier cas, il est très difficile de savoir si on avance ou pas. Dans le deuxième, si je me couche à 23h00 au lieu de 23h30, je sais que je progresse.

Cette méthode d’un premier niveau est intéressante pour débuter mais ne convient pas à long terme.

L’objectif qui tient

En plus de définitions claires, il faut qu’on ait une raison d’atteindre nos objectifs. Chaque objectif est un pas supplémentaire vers un but plus grand.

Cette étape est ignorée par le plus grand nombre parce qu’elle est difficile. En effet, se poser pour réfléchir à l’avenir et définir honnêtement le but de notre vie n’est pas facile. Se projeter à ce point peut même sembler inutile. Mais au bout du compte, les sceptiques qui n’ont pas testé finissent par m’envoyer un mail parce que leurs objectifs ne tiennent pas… Je les renvoie toujours vers cet article.

Ce que les gens ont du mal à accepter aujourd’hui est que trouver un but pour notre vie ne se fait pas d’un claquement de doigt. C’est un chemin qu’on poursuit et qui ne s’arrête jamais. J’ai mis presque un an à me trouver un but stable et rien ne garanti qu’il ne va pas changer. On ne cherche pas à graver un objectif unique dans le marbre, on veut un cap pour prendre des décisions plus facilement.

Vous verrez. Une fois que les objectifs sont clairs, les choix sont bien plus faciles.

Faut-il vraiment se fixer des objectifs ?

Impossible de donner une réponse générale. Je sais que sur internet, les gens aiment les réponses simples et binaires. Si c’est votre cas, changez de site, ce n’est pas comme ça qu’on atteint des objectifs ambitieux…

Les objectifs, pour quoi faire ?

J’ai lu tellement de fois qu’il fallait absolument se fixer des objectifs quelle que soit notre situation que je ne m’étais jamais posé la question de leur bienfondé. En fait on peut déjà distinguer deux cas :

  • La personne qui a des ambitions
  • La personne qui n’en a pas

Si vous n’avez pas d’ambitions particulières, à quoi bon vous fixer des objectifs ? Autant se laisser porter par le courant.

Par contre, si vous êtes comme moi rempli de projets, se fixer des objectifs pourrait être important pour vous.

Je dis bien « pourrait » parce qu’encore une fois, pas de réponse binaire. On peut distinguer 3 stades dans les projets des personnes ambitieuses :

  • Le démarrage
  • Les périodes sans
  • Les périodes avec

Quand on tient un objectif sur la durée, on a inévitablement des passes plus difficiles que d’autres, ce sont les « périodes sans ». Au moment où j’écris cet article, je suis à la fin d’un moment un peu mou pendant lequel je n’avais pas d’entrain particulier et des questionnements qui m’habitaient quotidiennement. Maintenant qu’une bonne partie de ces questions sont résolues, j’espère repartir dans une période plus dynamique et motivée (une « période avec »).

J’emploi volontairement les notions de « période avec » et « période sans » dont la durée n’est pas définie. Pour moi, elles durent généralement quelques mois chacune et les « périodes sans » sont plus rares que les autres. Parvenir à rebondir rapidement est une compétence que vous pouvez développer, on en parle régulièrement ici.

Le démarrage

Ce moment crucial de tout projet est le plus facile et agréable. On progresse très rapidement en « découvrant le métier ». On est super motivé pour réussir. On n’a pas forcement encore idée de l’objectif de long terme de notre projet, mais la motivation est telle que ce n’est pas vraiment nécessaire à ce stade.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Idriss Aberkane Libérez votre cerveau

C’est un moment dans lequel je vous conseille vivement de vous fixer des objectifs. Ils vous permettront de moins vous disperser et vous aideront dans vos décisions stratégiques.

Les périodes sans

Une fois que vous serez lancé, vous rencontrerez inévitablement la « traversée du désert ». Pleine de remises en question et de travail pour peu de résultats apparents, cette période est assez déprimante. Elle fait échouer bon nombre de projets (en particulier ceux qui n’ont pas vraiment de but de long terme pour les soutenir).

Je pense que c’est un moment idéal pour revenir à la base en se posant des questions du type : Pourquoi ce projet ? A-t-il toujours autant de sens aujourd’hui qu’au moment où j’ai commencé ? Ai-je avancé vers les objectifs fixés au départ ? Ma manière de mesurer mes progrès est-elle la bonne ? etc.

Comme votre motivation s’envole pendant ces périodes, il faut vous baser sur les habitudes que vous avez crées au départ. Par exemple, dans les « périodes sans », je continue la publication d’une vidéo par semaine au moins. C’est très important car on ne trouve pas les solutions en se creusant la tête pendant des heures, mais en agissant. C’est la raison pour laquelle je me suis même mis à faire une vidéo par jour pendant 3 semaines. J’ai trouvé beaucoup de réponses grâce à ce projet et suis prêt à repartir plus vite pour la suite.

Pour éviter de vous embourber dans des réflexions sans fin qui stoppent votre progression et ne vous permettent pas vraiment de trouver des réponses, vous devez définir votre « mode minimum ». C’est comme l’économie d’énergie sur votre téléphone. Vous baissez vos efforts, juste pour soutenir ce qui existe déjà. De cette manière, vous gardez de l’énergie pour vous poser des questions et prendre du recul.

Les périodes avec

Certaines semaines, on sent qu’on est en forme, qu’on a envie d’avancer et que c’est le moment de foncer. Durant ces périodes, vous fixer des objectifs vous permettra de vous donner toutes les chances d’atteindre vos ambitions et de mesurer vos progrès.

Pour moi, l’intérêt principal des objectifs est de connaitre ses priorités et de donner du sens à nos actions quotidiennes, souvent moins attrayantes que YouTube ou Netflix.

Par exemple, je sais qu’aujourd’hui, mon but est de me concentrer sur les abonnés que j’ai déjà pour mieux les servir plutôt que d’essayer de gagner des abonnés à tous prix. Ça me permet de répondre rapidement aux sollicitations d’autres blogueurs/Youtubeurs en fonction des bénéfices d’un éventuel partenariat.

Avantages et inconvénients de la fixation d’objectifs

Pour finir, voici différents éléments en faveur et contre la fixation d’objectifs. Cette comparaison s’applique surtout dans les « périodes avec » puis ce que vous l’avez compris, je ne suis pas un fan de la fixation d’objectifs lors de la traversée du désert et qu’à l’inverse, les objectifs me semblent impératifs quand on débute une nouvelle activité pour laquelle on a des ambitions élevées.

Les mauvais côtés des objectifs

Le premier aspect qui pousse un grand nombre de personnes à ne pas fixer de vrais objectifs mesurables est la pression qu’ils nous donnent. On sait qu’on sera responsable en cas d’échec et ça fait peur. Autant rester en sécurité et s’éviter la frustration de l’échec en ne faisant rien. Je n’ai aucun conseil pour vous éviter cet inconvénient car il fait partie de la définition même de l’objectif. Si on était certain de réussir, on n’aurait pas besoin de s’en fixer.

D’autre part, il m’est déjà arrivé d’abandonner des objectifs parce qu’ils n’avaient pas assez de sens pour moi. C’est assez frustrant parce qu’on ne s’en rend pas forcement compte tout de suite et ce n’est que rétrospectivement qu’on découvre qu’on a mal choisit nos objectifs. En effet, se questionner sur notre direction de long terme pour que nos objectifs s’inscrivent dans une démarche globale n’est pas facile et demande du temps (parfois plusieurs années !).

Dans l’idéal chaque objectif devrait être une brique reliée par du ciment composé de notre envie d’atteindre notre vision de long terme.

Sans cette vision, on crée un tas de caillou informe.

Pour la trouver, posez vous la question de ce que vous regretteriez le plus de ne pas avoir fait sur votre lit de mort. Ne vous pressez pas pour trouver la réponse. Elle met du temps à venir (un an à peu près pour moi). Il faut donc s’armer de patience pour conduire cette réflexion de long terme.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment se donner des objectifs et les atteindre [7 étapes]

Les avantages de la fixation d’objectifs

Cette section sera plus longue que la précédente et regroupe certains des plus gros avantages de se fixer de vrais objectifs contribuant à votre vision de long terme.

Les objectifs sont mesurables

Remarquer qu’on progresse est un facteur de motivation qui nous encourage à persévérer. Quand on mesure nos progrès, on se met face à la réalité et on peut analyser quelles stratégies marchent le mieux, pourquoi etc.

Attention toute fois à choisir les bons indicateurs qui ne sont pas toujours les plus faciles à mesurer. Par exemple, je mesure l’efficacité de la promotion du blog au nombre d’abonnements et de vues ce qui ne garantit pas la « qualité » des nouveaux arrivants qui ne sont peut être que des curieux qui n’iront pas plus loin. En tous cas, l’indicateur parfait n’existe pas alors il faut être conscient des limites de chacun et surtout utiliser le plus adapté à votre objectif actuel.

En ce moment, je me concentre sur l’apport des meilleurs conseils pour les abonnés déjà présents et beaucoup moins sur la croissance de leur nombre alors, admirer le compteur youtube n’est plus vraiment une bonne solution. Je me concentre donc sur le nombre et la qualité des messages que je reçois ainsi que sur le temps de visionnage des vidéos.

Poser le problème

Au pied d’une montagne, on a du mal à en évaluer la hauteur. Le fait de poser clairement le problème permet d’évaluer le travail à accomplir et de se rendre compte du chemin sur lequel on s’embarque.

De plus, une fois que tout est posé devant nous, on peut bien plus facilement résoudre le problème avec des astuces ou des moyens créatifs qu’on ne peut pas deviner sans tout avoir sous les yeux.

Faire un brainstorming est une excellente solution pour trouver ces moyens. Une fois que vous avez défini votre objectif clairement essayez de trouver 10 manières de l’atteindre. C’est un exercice que j’affectionne parce qu’il donne des résultats insoupçonnés.

Vous pourrez en parler sans vous démonter

Les projets sont toujours très clairs dans nos têtes, mais quand on commence à en discuter avec d’autres, on se sent mal à l’aise parce que leurs questions appuient sur tout ce qu’on n’a pas prévu. Un objectif résout ce problème. Les contre arguments des personnes avec qui on discute deviennent des tremplins plutôt que des moyens d’enterrer notre projet.

Ce point est particulièrement important si vous souhaitez valoriser votre projet auprès d’un employeur ou d’inconnus qui pourraient vous aider si vous parvenez à les faire adhérer avec votre démarche.

Vous en deviendrez responsable

Fixer un objectif, c’est assumer qu’on le vise, on s’engage dans une direction. Quand on reste au stade d’une vague idée, notre cerveau trouvera toujours des excuses pour nos échecs si bien qu’on ne les analysera jamais correctement.

Quand on pose les données sur la table et qu’on dit : « je vais par-là », tout éloignement de notre but est mesurable. On sait qu’on ne va pas dans le bon sens et on peut se mettre face à nos problèmes et échecs pour en tirer des enseignements et continuer à avancer.

La responsabilité est le premier pas vers le contrôle de vos ambitions.

Conclusion

On a vu que remettre en question certaines idées qui paraissent évidentes permet une réflexion plus riche et précise au sujet de la fixation d’objectifs. Se fixer des objectifs n’est pas la réponse à toutes les situations. On a déjà tous vécu des moments de baisse de régime pendant lesquels on n’avait pas envie de se fixer des objectifs et c’était certainement la meilleure chose à faire pour garder notre énergie pour des questionnements importants.

Pour la faire courte, se fixer des objectifs ne semble pas nécessaire si vous n’avez pas d’ambition. Si vous en avez, 3 cas se présentent à vous.

  • Vous démarrez : se fixer des objectifs est essentiel
  • Vous êtes au creux de la vague et rien n’avance comme prévu : se mettre en « mode minimum » pour continuer à avancer, même lentement est bien plus important que de vous fixer de nouveaux objectifs.
  • Vous êtes dans un bon moment, en pleine forme pour votre projet : les objectifs sont là pour vous aider à faciliter vos décisions.

Rappelez vous que votre vision de long terme est fondamentale pour donner de la cohérence et de la longévité à vos objectifs.

N’oubliez pas que l’action est la clé !

BYE 😉

1 réflexion sur “Faut-il vraiment définir des objectifs ?”

  1. Je confirme qu’on procrastine énormément, tous, à vouloir tout savoir sur un sujet avant de vouloir se lancer. On veut lire tous les livres, blogs et magazines. On se dit qu’on est pas assez expérimenté ou instruit sur le sujet.

    Alors que le fond du problème numéro 1 c’est: agir. Faire quelque chose, quitte à rater, c’est 80% du chemin vers la réussite. Quand on a compris ça, on cesse de cogiter et on passe à l’action. Se tromper, c’est tenter quelque chose. Faire des erreurs c’est apprendre et devenir meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *