Je ne suis pas un hippie, mais…

Il y a certains conseils que mes élèves connaissent bien…

Toujours enthousiastes à l’idée de tester de nouvelles méthodes spécialement conçues pour eux, ils sont remplis d’énergie… Prêts à tout dévorer sur leur passage !

Une fois sur les rails à 300km/h, ils sont inarrêtables (un peu trop d’ailleurs…)

L’exercice le plus difficile (et le plus important) pour eux est de faire de vraies pauses.

Pas en mode larve sur le canapé

Pas en mode podcast dans les oreilles

Pas en mode ménage et cuisine

Pas en mode vidéo YouTube en fond sonore

Toutes ces méthodes de repos prônées par ceux qui n’y connaissent encore rien en efficacité semblent géniales !

C’est mathématique : si tu fais des choses productives 12 heures par jour plutôt que 10, tu as gagné du temps !

OU PAS…

J’ai envie de me tirer une balle dès que j’entends ce genre de raisonnement.

C’est ce qui mène nos projets à la tombe et nous au burnout !

Le pire, c’est que les gens sont tellement convaincus par cette « équation mathématique » qu’ils ont besoin de se manger un mur en pleine face avant de m’écouter.

Tu imagines une piste d’athlétisme avec Usain Bolt, un mur et Usain qui n’a pas vu le mur…

AÏE !

D’ailleurs, j’ai vu que Bolt était maintenant un « business man » dans le milieu des trottinettes électriques… Alors tu peux imaginer te prendre un mur en trottinette électrique, le résultat est à peu près le même…

Comment faire pour éviter le mur ? Sauter par-dessus ? Le contourner ?

NON

Juste : ne pas aller jusqu’au mur…

[Attention, c’est le moment où je vais commencer à perdre du monde]

Au lieu de penser ta vie en addition de plus de temps = plus d’accomplissement, il faut complexifier l’équation.

Pourquoi ?

Parce que les capacités de notre cerveau (et de notre corps en général) ne sont pas illimitées… Sinon, on serait éveillé 24 heures par jour pour l’éternité.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   2 signes qu’il est grand temps de faire une pause

Alors il faut préserver ses ressources. On parle souvent de sommeil, de sport et d’alimentation, mais ce ne sont pas les sujets du jour.

Aujourd’hui, je veux que tu donnes du temps à ton cerveau pour divaguer, faire des connexions, réfléchir librement, se reposer.

Quand est la dernière fois que tu t’es ennuyé ?

Ça n’arrive plus, à tout instant, dans le métro, dans une file d’attente, si quelqu’un est en retard, on a l’arme anti-ennui (et anti-cerveau) fatale : le téléphone. Le fait d’avoir constamment de l’occupation est très mauvais pour notre cerveau qui n’a jamais le temps de se reposer… C’est un peu comme si on courait toute la journée sans jamais faire de pause… ça semble compliqué !

Alors, une règle : garde du temps pour ne rien faire (ça donne toujours des résultats inattendus à mes élèves).

Tu n’es pas un super héros et moi non plus, même si on arrive à en faire plus que la moyenne… Pour que ce soit durable : humilité et respect du corps !

L’action est la clé !

Lucien Roy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *