Les clés de la diète médiatique [Olivier Roland] (7/26)

Les clés de la diète médiatique [Olivier Roland] (7/26)

Pourquoi regardez-vous le journal de 20h ?

Salut ici Lucien Roy du blog riche-de-temps.fr. Restez bien jusqu’à la fin de la vidéo parce que j’ai un cadeau pour l’un d’entre vous !

En plus de ça, petite annonce, je fais un teste ce mois-ci. Chaque semaine je vais publier un podcast pour vous parler de l’avancée de mes défis 10 mois. Il y en a deux. L’application de Zen To Done et de comment se faire des amis. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, consultez la description pour retrouver les liens des vidéos dans lesquelles je vous explique tout ça. Trêve de bavardage, retour au sujet du jour.

S’informer sur le monde tous les jours est mauvais pour vous.

Pendant le lycée, j’adorais l’actualité. Comprendre le monde, la géopolitique, l’actualité. C’était presque une passion. En plus je trouvais ça génial de partir dans de grandes discussions avec mes amis. D’extérieur, c’est une passion qui semble productive et c’est ça qui me semble le plus dangereux. Les gens qui connaissent l’actualité sont valorisés socialement.

L’actualité et l’information devient alors une addiction. En plus quand on s’informe, on a l’impression d’être profondément humain. On éprouve de l’empathie pour ces pauvres réfugiés de l’autre bout du monde et ça nous fait nous sentir bien. Enfin ça ne dure qu’un moment. Après ce sentiment d’humanité, vous culpabilisez. « Je suis là dans mon confort et je ne fais rien pour les aider, je suis horrible. »

Bon reprenons les choses sérieusement.

Je vais vous dire la vérité. La vérité c’est que le fait que vous connaissiez le sort des migrants n’aide personne. Ni vous, ni eux. C’est comme si vous voyez une maison en feu et que vous ne pouviez pas appeler les pompiers. Vous savez que des gens vont mourir, vous êtes tristes mais vous ne pouvez rien faire sans mettre votre vie en danger. Vous êtes donc coincé là à vous apitoyer sur le sort de personnes que vous n’aidez pas. Si vous n’aviez pas su que cette maison était en feu, que se serait-il passé ? Exactement la même chose sauf que vous n’auriez pas eu autant de préoccupations.

Il y a une chose à comprendre. On peut représenter notre vie dans deux cercles concentriques. Le premier, le plus petit est votre cercle d’influence. Il contient tous les domaines dans lesquels vous avez un impact. Tous les domaines dans lesquels votre action apporte quelque chose.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Agir même quand on a peur [Tim Ferriss] (6/26)

Le plus grand quant à lui représente vos préoccupations. Toutes les choses auxquelles vous pensez, qui vous tourmentent mais sur lesquels vous n’avez pas le pouvoir d’agir.

On peut facilement conclure que pour être efficace et impactant, il faudrait que nos deux cercles soient de tailles les plus proches possibles. Tout notre cerveau est alors disponible pour agir sur ce qui compte.

Et que fait l’information ? Elle élargi notre cercle de préoccupation sans nous permettre d’avoir plus d’influence.

C’est pour ça que mon défi de la semaine est la diète médiatique. En réalité, je réalise ce défi depuis 3 mois. Je m’informe le moins possible sur l’actualité depuis début juin. C’est une expérience unique.

Comment faire concrètement. Arrêtez de lire le journal, arrêtez de regarder la télé et n’écoutez plus la radio.

Peut-être qu’aujourd’hui, vous avez peur de franchir ce pas. Vous avez peur de paraître débile quand vos amis parleront de la prochaine loi de Macron. Quand vos amis engagés dans l’humanitaire vous parleront de la pauvreté, qu’allez-vous dire ? Comment allez-vous pouvoir continuer à parler avec tout le monde.

Et bien sachez que j’ai eu ces peurs aussi avant de me lancer. C’est pour ça qu’au départ je m’étais dit que ma diète médiatique ne durerait pas plus d’une semaine. Sauf qu’au final, au bout de 7 jours, toutes ces peurs se sont évacuées. Je ne parais pas débile, j’arrive toujours à parler à tout le monde et personne n’a encore pointé mon manque de culture.

La vérité, c’est que la diète médiatique est l’un des meilleurs défis que je ne me sois jamais lancé. Le temps libéré quand on ne s’informe plus est énorme. Je gagne facilement 1h par jour par rapport à ma période « journal de 20h et application du monde. »

Par contre, il ne suffit pas d’éteindre la télé pour faire une bonne diète médiatique.

Il faut faire des efforts. Le temps libéré ne sert pas à sortir les poubelles ni à regarder un film. Par exemple, je l’utilise pour lire plus et en partie pour créer mon blog et mes vidéos.

Le mot diète est lié à la nourriture et ce n’est pas pour rien. On dit souvent qu’on « est ce qu’on mange ». On est ce qu’on fait rentrer dans notre corps. Que mettez-vous dans votre cerveau ? Si c’est simplement l’actualité dont les média veulent bien nous parler, c’est un peu comme manger tous les jours dans un fast food. Au bout d’un moment vous allez devenir gros et lent. La télé à le même effet. Par contre, si votre alimentation est équilibrée, si vous cuisinez vous-même des aliments de bonne qualité, votre forme augmente. Comme vous devenez plus en forme, vous pouvez faire plus de choses. C’est exactement pareil avec l’information. Si on consomme du contenu de qualité, on accroit nos capacités de réflexions et avec ces capacités plus élevées, on peut ensuite élargir notre cercle d’influence.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   5 outils pour augmenter son autodiscipline [Léo Babauta] (12/26)

En plus de cela, ne plus suivre l’actualité à un point positif énorme. Ça permet d’enlever une source de négativité dans votre vie. Je sais que vous êtes impatients de commencer votre diète médiatique. Mais laissez-moi vous demander un petit sacrifice. Regardez le 20h ce soir et comptez les informations négatives et positives dans un tableau. Vous verrez qu’on ne parle que de crimes, de drames et d’affaires tragiques.

Vous connaissez maintenant mon avis sur la diète médiatique. Je vous encourage vivement de tester ! C’est peut-être le défi le plus facile à mettre en place que j’ai fait jusqu’ici alors foncez !

Pour finir, je vous ai parlé d’un cadeau que je vais offrir à l’un d’entre vous à la fin de la vidéo.

On y est. En fait, j’ai envie d’aider l’un d’entre vous en lui offrant une heure de mon temps. On pourra aborder tous les domaines dans lesquels vous souhaitez augmenter votre productivité. Comment bénéficier de cette heure de mon temps. Il vous suffit de partager cette vidéo sur facebook ou Twitter. Si vous le faites sur Twitter, il vous suffit de m’identifier avec @RichedeTemps. Sur facebook envoyez moi un message par l’intermédiaire de ma page avec le lien de votre publication Tous les liens sont en description.

À demain sur Instagram, on se retrouve en milieu de semaine en podcast et dimanche prochain sur cette chaîne !

BYE

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

6 thoughts on “Les clés de la diète médiatique [Olivier Roland] (7/26)

  1. bonjour Lucien

    j’ai commencé la diète médiatique voilà presqu’un an maintenant et j’aime cette sensation : ne plus s’occuper des informations négatives !

    Le temps gagné est intéressant, mais c’est surtout ce ressenti : ne plus avoir ces infos négatives tellement fortes qu’on se sent sans le savoir négatif aussi.

    Depuis 1 an, c’est que du bonheur ! Une énergie retrouvée, un plaisir intense à apprendre des autres et dire : ah bon, ah non je ne savais pas 🙂

    A plus tard
    Evan

  2. Merci pour cet article Lucien.
    J’ai moi aussi commencé la diète médiatique et youuuhou qu’est-ce que c’est bon ! J’adore cette sensation de légèreté !

    Ma journée ne commence plus par une ambiance morose générée par BFM TV, mais par des actions qui auront une influence directe sur ma vie et celle des autres.

    Je dégage donc du temps pour des actions productives, tel qu’apprendre une langue tous les jours 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *