Problème de concentration : cet outil est incroyable (Comment l’utiliser)

La plupart des conseils qu’on peut lire sur la concentration sont écrits par des gens naturellement très concentrés. Ces gens n’ont pas de stress ou de problème de concentration. Ce sont des gens très structurés, souvent des chercheurs qui ont des journées entières ininterrompues pour se concentrer.

Et nous, de l’autre côté, on a des contraintes, des examens, des moments à fort enjeu dans lesquels on joue la survie de notre entreprise. En plus, on est dans une génération curieuse, intéressée par 1000 choses, on a toujours 10 onglets ouverts en même temps. Et c’est notre environnement qui nous pousse à cette distraction permanente.

On a essayé de suivre les méthodes traditionnelles, on a mis des boules quies, rangé notre bureau, éteint les notifications, mais malgré ça, on se déconcentre quand même.

Bienvenue dans le monde de la « concentration chaotique ».

Ensemble, on va voir deux choses :

  • Les 2 techniques qui semblent n’avoir rien à voir avec la concentration et qui pourtant font toute la différence pour s’asseoir au bureau chaque matin avec enthousiasme.
  • Ensuite, je vous expliquerai comment focaliser votre attention en imaginant que votre cerveau est une pieuvre (C’est bien plus efficace que n’importe quel exercice de concentration !).

Le principal problème quand on essaye de rester concentré, c’est qu’on confond deux notions très différentes.

Le premier problème de concentration, c’est de réussir à avoir de la constance pour donner assez d’énergie et temps à ce qui compte. C’est ce que j’appelle la « macro concentration » et je vais vous donner la manière exacte de la booster.

Mais une fois qu’on a mis en place ces bases, il nous faut avoir la capacité de focaliser notre attention au quotidien sans nous disperser.
Nous verrons les conseils les plus performants à mettre en place dès ce soir pour avoir une bonne « micro concentration ».

Solution à notre premier problème de concentration : le niveau macro

18% des français auraient l’impression d’occuper un bullshit job. Ce concept a été développé par David Graeber et regroupe les gens qui n’ont pas de sens dans leur métier : « qu’ils le fassent ou pas, ça ne change rien ».

Ça nous intéresse parce que la concentration est avant tout une histoire de sens.

En effet, notre premier instinct primaire est la recherche de plaisir et la fuite de la douleur.

Notre cerveau est une machine à calculer qui choisit à chaque instant, de manière inconsciente, les actions qu’il va entreprendre, en évaluant le plaisir et la douleur.

Quel rapport avec notre problème de concentration ?

Définition : Se concentrer, c’est faire choisir à notre cerveau une tâche plutôt qu’une autre.
Le livre de cours ou le démarchage client plutôt qu’une bonne série netflix ou une sortie entre amis. Et l’enjeu n’est pas uniquement de choisir à un instant T ce qu’on va faire.

  • Aller à la salle de sport une fois ne suffit pas.
  • Se motiver sur un projet d’entreprise pour une semaine ne suffit pas.

Si on veut parvenir à nos objectifs, il faut choisir jour après jour de porter notre attention sur le même type de tâches.

C’est la macro concentration. La capacité à revenir chaque jour sur les tâches qui nourrissent vos projets.

Pourquoi est-ce si important ?

Je vais vous donner un exemple réel : un de mes premiers clients il y a 3 ans. C’était un kiné, on va l’appeler Thomas.

Thomas est quelqu’un d’assez scolaire qui est très bon pour suivre des conseils : ce n’est pas pour rien qu’il était en thèse.
Du coup, il appliquait tous les conseils classiques à la perfection, bien mieux que moi qui étais censé le coacher.

Pendant ses heures d’études ou au cabinet :

  • il travaillait en silence,
  • faisait des pauses,
  • avait éteint les notifications de son téléphone,
  • avait un environnement calme et ordonné,
  • veillait à bien dormir,
  • avait une alimentation saine,
  • faisait du sport,
    Vous voyez le tableau !

Malgré tout il avait de forts troubles de la concentration. Il était incapable d’utiliser ses facultés au maximum. Alors qu’il était brillant, il faisait des erreurs d’étourderie en permanence… Et même ses rendez vous chez le psychologue n’y changeaient rien.

Si avant d’optimiser, il était distrait par ses notifications, ou le bazar de son bureau, il était maintenant distrait par ses pensées.
Il avait la tête lourde, peinait à mémoriser, il ne parvenait toujours pas à focaliser son attention, un peu comme si son esprit hyperactif l’empêchait de prioriser.

C’est là que j’ai compris que ce qui faisait réellement la différence n’étaient pas ces conseils classiques. Même si je les appliquais bien moins assidument, j’étais bien plus productif que Thomas.

Qu’est ce qui fait la différence pour supprimer notre problème de concentration ?

La Macro-concentration.
Et si vous vous rappelez du début de la section, il était question de « sens ».

Trouver du sens est certainement l’une des choses les plus difficiles et on se met la pression pour en trouver parce qu’on a l’impression qu’avoir une « mission » résoudra tous nos problèmes.

On ne va pas aller aussi loin ici. On va rester relax, prendre une petite pause et arrêter de s’agiter vainement autour de cette question du sens :
L’idée n’est pas de trouver la réponse définitive au sens de votre vie, mais simplement un objectif qui vous attire et qui vous donne envie d’avavnce.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Deux ans en Classe Préparatoire

J’ai pour cela deux exercices à vous donner :

  • La journée idéale (ce n’est pas ce que vous pensez)
  • La modélisation en 3 fois

L’exercice de la journée idéale pour donner du sens à votre concentration

Décrivez heure par heure l’emploi du temps que vous auriez pour votre journée idéale.

Attention, il y a une règle supplémentaire : je ne parle pas de votre journée ultime de divertissement avec parachute, Disneyland, plongée sous-marine et champagne à la clé, mais de la journée que vous pourriez voir se répéter chaque jour avec le même programme sans jamais vous ennuyer.

  • Quelle est la journée que vous souhaiteriez revivre chaque jour à l’infini ?
  • Que feriez vous pendant chacune de vos 24 heures ? (N’oubliez pas de dormir.)

A vous de jouer !

Les 3 étapes de la modélisation

Définition : La modélisation est l’art de répliquer l’action d’un autre pour obtenir les mêmes succès que lui. C’est une manière intéressante de s’inspirer des accomplissements de nos héros tout en fabriquant un plan d’action concret.

Il y a 3 questions à vous poser :

  1. Qu’est-ce que je rêve d’avoir accompli à la fin de l’année ?
  2. Quelles sont les caractéristiques des gens qui ont accompli ça ? / Comment ont-ils fait pour en arriver là ?
  3. Qu’est-ce que je peux faire pour me donner toutes les chances de faire comme eux ?

Astuce : vérifiez que les actions que vous décrivez sont bien sous votre contrôle.
Par exemple, si vous souhaitez donner une conférence :

  • « Devenir célèbre » n’est pas sous votre contrôle.
  • « Contacter 100 lieux qui programment des conférences » est sous votre contrôle.

Prenez 10 minutes pour vous poser ces questions.

Petit récap sur la macro-concentration :

  • La concentration, c’est faire choisir à notre cerveau une tâche plutôt que toutes les autres qui sont à notre disposition.
  • Pour ça, il fait un petit calcul de plaisir et de douleur entre la tâche sur laquelle on veut se concentrer et les autres.
  • Pour réussir vos projets, vous avez besoin de faire ce même choix de manière répété.
  • Le sens que vous vous créez donne un argument positif en plus à votre cerveau pour qu’il fasse le bon choix à chaque fois.

Est-ce que ça va pour vous ?

Maintenant qu’on a une direction, il nous reste le problème d’avancer vers elle de manière concrète, sans procrastiner.

Notre plus gros problème de concentration : le niveau micro

probleme de concentration

David Meyer, professeur à l’université du Michigan a publié une étude en 2001 qui nous informe que nous pourrions perdre jusqu’à 40% de productivité à cause des distractions.

La micro concentration ? C’est l’arme qui vous immunisera contre cette perte de productivité.

Le sujet de la concentration est plein de conseils plus ou moins scientifiques avec des musiques à écouter, des exercices à faire, etc.

Particulièrement pour ce domaine, il faut prendre du recul sur les expériences scientifiques et reconnaitre qu’il s’agit à chaque fois de moyennes.

Au niveau de la concentration, chacun a son style (et ils sont souvent très différents) :

  • Certains ont besoin d’un bureau parfaitement rangé pour focaliser leur attention, d’autres lui préfèrent un bazar organisé.
  • Certains se concentrent le mieux avec le bruit de fond d’un café, d’autres ont besoin de silence absolu.

Comme chacun parle de la méthode qui a marché « pour lui » on se retrouve submergé par tous ces conseils : que faire ?

La simplicité est reine. La méthode qu’on arrive à suivre sera toujours supérieure à la méthode parfaite sur le papier (et impossible à mettre en place).

Je vous propose 3 points d’attention simples pour ne plus manquer de concentration.

1- Le lien étonnant entre nos besoins et notre problème de concentration

Qu’est-ce qu’un besoin et quel lien avec nos problèmes de concentration ?

Quand nos besoins sont comblés, nous pouvons grandir, c’est notre niveau de confort minimal.
Si vous avez déjà fait un footing après une nuit blanche, vous voyez ce dont je veux parler. Pour performer à votre meilleur niveau, il y a des prérequis (le sommeil en est un).

Vos besoins, c’est tout ce qui vous manque quand vous ne l’avez pas. On a tous des besoins sociaux, de stimulation intellectuelle, mais aussi physiologiques : manger, boire, dormir.
Nous sommes tel des plantes qui ont besoin de tous les minéraux pour pousser.

Maintenant, imaginez vous que j’ai une serre avec des tomates et je sois un peu étourdi. Comment être certain de ne pas oublier de les arroser ?

Je devrais mettre en place un système d’arrosage automatique.

L’intérêt de l’arrosage automatique des besoins pour enfin se concentrer

Dans nos vies, on a des contraintes et des moments difficiles dans lesquels on perd nos besoins de vie. Pourtant, c’est justement pour passer ces moments qu’on a besoin de toutes nos ressources. Si on arrête le sport et dort 2h de moins par nuit juste avant un examen, il est certain que nous ne performerons pas au meilleur niveau.

Bien souvent, l’arrosage automatique passe par la mise en place d’habitudes. L’objectif : que vous n’ayez même plus à réfléchir ou faire des efforts pour que vos besoins soient comblés !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Améliorer sa concentration (10 astuces)

Je vous renvoie à cet article pour mettre en place des habitudes facilement.

Retenez de cet article de choisir les habitudes que vous allez mettre en place en fonction de vos besoins et de ce que vous aimez faire. Rien de mieux qu’une habitude qui vous plait pour remplir votre besoin le plus fondamental.

Par exemple, je sais que j’ai besoin de faire du sport pour me sentir bien. Pourtant, j’ai souvent du mal à me dégager du temps. Alors, depuis un an, je fais tous mes déplacements à vélo. Comme ça, je fais une heure de sport par jour sans même m’en rendre compte.

2- Partir l’esprit léger pour bien se concentrer

Est-ce que vous connaissez Mike Horn ?

mike horn concentration

Imaginez le en train de préparer son sac pour une expédition. Il a intérêt à bien vérifier ce qu’il met dedans. Tout objet supplémentaire sera un poids à porter.

Si Mike Horn est un athlète et un explorateur de haut niveau, ne pouvez vous pas dire que vous êtes des sportifs de haut niveau du cerveau ?
Quand c’est l’outil avec lequel on travail du matin au soir pour réaliser nos rêves, je pense qu’on doit avoir le même niveau d’exigence.

L’équivalent du poids dans le sac à dos de Mike Horn, c’est chaque tâche ou préoccupation supplémentaire qui vous pompe de l’énergie. Il s’agit de bien choisir ce qui rentre dans votre emploi du temps.

Pour ça, demandez vous quel sommet vous souhaitez conquérir. La première partie au sujet de la macro concentration doit vous aider dans cette tâche.

Puis, chaque matin, en faisant votre to do list, demandez vous si ce que vous y mettez ne vous alourdit pas pour rien.

Voici comment je procède à chaque fois que je constitue ma to do list :
1- Relire mon objectif de l’année (cf partie sur les 3 étapes de la modélisation au tout début de l’article)
2- Voir tout ce que j’ai à faire (les tâches obligatoires, ainsi que celles qui m’avancent vers mon objectif)
3- Avant d’ajouter quoi que ce soit à mon emploi du temps, je me demande : « cette tâche est elle la plus efficace que j’ai à ma disposition pour avancer vers mon rêve ? »
(Bien sûr, vous aurez toujours des contraintes qui ne vous rapprochent pas de vos objectifs, mais réussir à les évacuer efficacement n’est il pas un bon moyen de faire de la place pour vos objectifs ?)

Maintenant que nous avons vu la puissance des besoins et l’importance de voyager léger pour arrêter de manquer de concentration, étudions l’effet tobogan.

3- Le tobogan de l’attention pour maximiser votre concentration

Nous le voyons en filigrane depuis le début, notre instinct primaire est de rechercher le plaisir et de fuir la douleur. Quoi de mieux que d’exploiter cette nature profonde pour vous propulser ?

Notre instinct primaire nous dicte de faire ce qui maximise notre plaisir et minimise la douleur. Il s’agit de rendre les actions que nous voulons faire aussi attractives que possible. Pour cela, vous pouvez utiliser au brouillon le tableau représenté ci-contre :

Ce tableau est un exemple personnel des arguments qui s’entre choquent en moi quand je veux créer une formation. Ce qui est impressionnant, c’est que même les projets qui nous plaisent le plus sont soumis à notre instinct primaire. C’est la raison pour laquelle il ne suffit pas de vouloir quelque chose (consciemment) pour le mettre en place en réalité : si notre instinct primaire nous fait sentir que ce n’est pas la meilleure manière pour maximiser notre plaisir, nous serons déviés dans un océan de procrastination et d’insatisfaction.

Après cet exposé, vous vous sentez probablement un peu démuni par cet instinct primaire qui nous dirige tous.
C’est ce que j’ai ressenti le jour de cette découverte.

Et puis, peu à peu, je me suis rendu compte que maintenant que je connaissais la réalité, je pouvais jouer avec elle. C’est l’origine du tableau représenté ci-dessus.

Le but n’est pas uniquement de comprendre pourquoi on ne fait pas, mais aussi de trouver des outils pour agir facilement sans avoir besoin de se forcer.

L’idée est simple : apprenez à négocier avec votre personnalité inconsciente. Pour cela, cherchez (1) à minimiser ce que vous perdez à agir dans le sens de votre objectif et (2) a « voler » les avantages de la procrastination pour les incorporer dans votre objectif.

Nous en parlons régulièrement dans le courrier hebdomadaire que j’envoie aux abonnés de Riche de Temps. Cliquez ici pour nous rejoindre.

Pour conclure le sujet de la micro concentration

  • Allez au plus simple parce que le meilleur système pour vous concentrer est celui que vous pourrez utiliser.
  • Commencez par comprendre vos besoins et créez leur une vraie place dans votre agenda en les rendant automatiques.
  • Validez l’utilité de chaque tâche avant de l’ajouter à votre to do. Ne pas être surmené commence par ne faire que des choses utiles.
  • Utilisez votre dynamique d’intérêt pour rendre la concentration plus facile pour votre cerveau. Soyez des négociateurs : aidez-le à voir son intérêt.

5 réflexions sur “Problème de concentration : cet outil est incroyable (Comment l’utiliser)”

  1. Bonjour Lucien,

    Merci pour cet article très intéressant. J’aime beaucoup cette approche de ne pas prendre au pied de la lettre ce qu’on lit ou ce qu’on entend mais plutôt d’essayer de l’adapter à son mode de fonctionnement. Ainsi que de connaître le fonctionnement de notre cerveau pour l’utiliser à notre avantage.

    Je suis justement en train de suivre le cours « learning how to learn » 😉 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.