Feed avis

Feed, Avis et test. Par un amateur de bonne bouffe…

Quand j’ai vu une bouteille de Feed dans mon supermarché pour la première fois, mon avis était déjà tranché…. Mais quelle idée ?! Quelle idée de manger de la poudre ? Quand même, une startup française qui veut détruire la bonne bouffe ?!

Peut-être que tu n’en as jamais entendu parler alors,

Feed, c’est quoi ? 

C’est une stratup française fondée en janvier 2017 qui propose des “repas complets” sous des formes un peu particulières, comme des grosses barres de céréales ou de la poudre à mélanger avec de l’eau.

Pour moi qui suis amateur de pain, de vin et de fromage et qui au quotidien prends soin de manger sain en partant de produits brut… Tu imagines bien que j’étais plutôt rebuté… 

Mais alors pourquoi avoir testé feed ?

J’ai écouté une interview du fondateur Anthony Bourbon sur le podcast Génération do it yourself (que je te recommande vivement)… Et là mon avis a changé. Je suis devenu fan du concept.

Anthony Bourbon Feed

Feed : alternative au fast food et au sandwich triangle

En fait, mes idées reçues étaient erronées : l’objectif n’est pas de supprimer la bonne bouffe à la française, mais de proposer une alternative pour les personnes actives qui ont parfois des difficultés avec leurs repas… 

  • Qui n’a jamais sauté de repas ?
  • Qui n’a jamais englouti un sandwich triangle par manque de temps ?
  • Qui n’est jamais allé dans un fast food par dépis ?

Tout de suite, ça prenait beaucoup plus de sens… Surtout que dans un repas feed, tout est calculé pour que ce soit bon pour la santé. En gros, tu as l’équilibre parfait de macro et micro nutriments.

Et l’autre chose qui m’a surprise, c’est que les ingrédients ne sortent pas de laboratoires… Ce sont des produits “normaux” que je mange tous les jours.

En plus, j’aime beaucoup l’idée de ce repas pratique que tu peux prendre dans ton sac à dos en voyage… Une barre de 100g = un repas… Pour une charge d’à peine un kilo, tu as 3 jours de nourriture !

Et ce qui a achevé de me convaincre, c’est l’expérience qu’a faite Anthony Bourbon (le fondateur de Feed)… Pendant 6 mois, il ne s’est nourri que de Feed !

Whaou, ça montre à quel point il est convaincu !

Malgré mon enthousiasme, il me restait encore quelques doutes…

  • Est ce que feed va me donner des problèmes de digestion ?
  • Aurais-je encore faim un fois ma barre terminée ?
  • Est-ce que ce sera vraiment bon ?

Je décide de tester Feed

C’est pour en avoir le coeur net que j’ai fait ma première commande sur feed.

Commande Feed

Site facile, les produits ne sont pas très chers (ça me revient à 4,16€ par repas, frais d’envoi et réduction pour les -26 ans compris), envoi rapide, 2j après, je reçois mon colis.

En l’ouvrant j’ai quand même une petite appréhension. Il y a devant moi 8 repas.

Imagine que c’est dégueulasse… Et surtout, ça me donne un peu le vertige de manger de la poudre.

Mais maintenant qu’on y est… Autant foncer !

3 types de repas feed différents

  • Des barres
  • Des sachets de poudre à mélanger avec de l’eau
  • Des bouteilles prêtes à boire

Ce qui m’intrigue aussi, c’est la collaboration avec Thierry Marx… Si un “vrai cuisinier” ose s’afficher avec ce projet, c’est quand même que ça doit être bon, non ? (on se rassure comme on peut)

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Petit déjeuner idéal (20/26)
repas feed

Je commence par la barre noix de coco – chocolat. Le gout est sympa, je suis un peu étonné de ne pas sentir les petits “copeaux” de noix de coco qu’on a habituellement dans les produits à la noix de coco. Le reproche que je peux faire à cette barre ?

Son goût que je trouve un peu trop sucré.

Mais globalement, je suis vraiment satisfait et je me dis que je vais pouvoir faire un super article “avis sur feed”, qui sera hyper positif, et ça me fait plaisir comme j’adore le concept.

En milieu d’après-midi, j’ai faim… Pas très étonnant comme je ne mange que 2 fois par jour et que feed apporte environ ¼ de ce dont j’ai besoin. Note pour moi-même : il faut ajuster en mangeant d’autres choses à côté ou en prenant plus qu’une portion pour satisfaire mon rythme alimentaire.

Le lendemain, ça se gâte… 

Je prends la barre “pomme – cranberries” et je n’aime pas du tout. Le gout me semble chimique, je suis vite écoeuré et je ne termine même pas.

Bon, rien de grave, je vais quand même pouvoir écrire un article super positif… Les goûts et les couleurs… 

Le soir, un peu plus aventureux, je teste ma première poudre… Celle qui m’attire le plus ?

Légumes du jardin.

Je suis les instructions et mélange dans le shaker fourni dans mon colis.

Ça me fait penser à une soupe a l’oignon avec un peu de quinoa, de sarrasin et d’ail.

Au début, je suis plutôt agréablement surpris (j’ai le traumatisme de soupes en brique… Tellement mauvaise par rapport aux soupes maison)… J’ai quand même quelques grumeaux, alors, je remélange énergiquement. Et cette fois, plus de problème.

Mais au bout d’un tier du shaker, je suis écoeuré. 

Ça se conserve 12h au frais une fois mélangé alors je le garde pour le lendemain… Mais je ne le termine pas… ma mauvaise expérience de la veille m’a un peu vacciné avec ces “légumes du jardin”.

Là, ça commence à craindre… 2 repas sur 3 que je ne termine pas… ça sent le roussi… Je contemple les 5 repas qu’il me reste en priant pour que ce soit meilleur… Je garde espoir, il me reste 2 recettes de Thierry Marx dans le lot… Il y a au moins une chance que celles-ci soient bonnes.

Le retour des bons repas feed

C’est donc ce que je teste ensuite : la barre bio cranberries chocolat de la gamme Thierry Marx. Soulagement, je la trouve très bonne et agréable à manger !

Le lendemain, je suis toujours méfiant vis-à-vis des poudres à mélanger… Alors je mange la barre au chocolat. Elle m’a aussi parru un peu sucrée et peut être que le gout de chocolat pourrait être plus prononcé (c’est l’amateur de chocolat bien noir qui parle). Ce qui est un peu bizarre, c’est que ça ressemble pas mal à un gâteau au chocolat… sans en être un.

Donc si on l’évalue face à une barre classique au chocolat, c’est bien meilleur. Mais la comparaison est moins favorable face aux fondants au chocolat sortis de mon four.

Ouf : 2 bonnes expériences à suivre : je reprends confiance.

Vient le moment critique : le deuxième repas en poudre. Il m’attirait moins que les “légumes du jardin”… Et pour cause, le goût tomate me ramène des souvenirs de soupe chimique mangée à la cantine.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les outils de Wim Hof (1/26)

Je mélange énergiquement, mais avec un peu d’appréhension.

La main hésitante, je prends une première gorgée.

Et c’est très bon !

Un petit goût de tomate séchée, pas un grumeau… je savoure mon repas. 

On ne va pas se mentir, ce n’est pas le meilleur plat que j’ai mangé de ma vie, mais c’est tout à fait comparable à ce que je peux cuisiner en termes de gout en plus d’être un peu original.

Seul petit point : je la trouve un peu trop salée, mais c’est tout à fait raisonnable.

Avant dernier midi : la bouteille prête à boire chocolat. Un mélange de crème Mont-Blanc au chocolat et de lait au chocolat en brique pour le gout. C’est assez bon, mais je ne suis pas fan de ces produits. En revanche, je me verrai bien prendre une bouteille comme ça sur la route des vacances ou entre 2 avions (quoique, les barres sont certainement plus adaptées pour passer la sécurité !).

Mon avis sur feed : conclusion

Après être passé par tous les extrêmes, de rebuté à fan, qu’est ce que je retire de l’expérience feed ?

  • Le premier point, que je n’ai pas mentionné plus haut, c’est qu’un petit progrès pourrait être fait au niveau de l’emballage. Il y avait 2 cartons supplémentaires à l’intérieur de mon colis (un pour les barres et un pour le “pack test feed original”). Je comprends tout à fait l’intérêt d’un point du vue logistique, moins du point de vue environnement et emballages. 
  • Je ne me verrai pas manger feed tous les jours, exactement comme je ne me verrai pas manger “poulet frite” ou “salade de quinoa” à tous les repas.
  • Je suis toujours séduit par le concept feed qui peut apporter beaucoup aux personnes qui manquent de temps en leur permettant de manger sain, pas cher et rapidement. (Attention toutefois à continuer à faire des pauses… ça t’évitera le burnout)
  • Et au final, ce que je trouve le plus intéressant, que j’avais déjà vécu pendant le jeûne, c’est le nouveau rapport à la nourriture que feed nous propose.

Est-ce que je continuerai à manger du feed ?

Oui. Je ne pense pas en manger au quotidien (j’aime trop couper mes légumes et me faire des plats dont je maitrise la composition), mais je pense m’en faire un stock que j’écoulerai à chaque voyage, sortie, ou moment approprié.

Le format que je préfère ?

Les barres. J’aime bien mâcher. (Attention à bien boire en complément de celles-ci… Elles renferment bien moins d’eau que nos repas traditionnels.)

Ps : j’ai failli oublié la digestion : rien à signaler de ce côté, je n’ai pas constaté de changement radical (alors que j’ai mangé feed de manière “intensive”, une ou deux fois par jour)

Pps : longue vie à Feed !

Ppps : allez écouter l’épisode d’interview du fondateur de Feed, Anthony Bourbon sur Génération do it yourself.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *